Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Stratégie canadienne de la biodiversité

Mise en œuvre

La Stratégie canadienne de la biodiversité est un élément clé de nos efforts pour parvenir au développement durable. En définitive, la mesure du succès de la Stratégie sera son pouvoir d'améliorer notre capacité nationale de conserver la biodiversité et de réaliser le développement durable. En particulier, nous saurons que la Stratégie a un effet si : il est tenu compte de la valeur et de l'importance de la biodiversité dans les actions et les décisions de tous les secteurs de la société, depuis les entreprises industrielles jusqu'aux particuliers et aux propriétaires fonciers privés, en passant par les divers paliers de gouvernement;nous recueillons les informations existantes, faisons avancer la connaissance relative aux ressources biologiques et communiquons le tout de façon utile, efficace et opportune; nous cessons de prendre des décisions et d'établir des plans fondés exclusivement sur des espèces ou des secteurs individuels, et pratiquons plutôt la gestion écologique; l'innovation technologique, le recours aux connaissances traditionnelles, les découvertes scientifiques et les nouvelles applications de l'utilisation durable créent des débouchés;nous conservons la biodiversité du Canada pour les générations à venir et contribuons aux efforts mondiaux de conservation et d'utilisation durable en fournissant de l'aide financière, des connaissances et des compétences, ainsi qu'en échangeant des ressources génétiques.

La capacité de déterminer comment gérer la biodiversité n'est pas l'apanage des gouvernements. Communautés locales et autochtones, entreprises commerciales et industrielles, écologistes, instituts de recherche, établissements d'enseignements et citoyens doivent participer à la mise en oeuvre de la Stratégie. Pour réussir, il faudra une approche coordonnée, fondée sur la collaboration et les partenariats entre secteurs, gouvernements, organisations non gouvernementales, intervenants du secteur privé et particuliers.

Au Canada, de nombreux plans, programmes et politiques ont été élaborés pour améliorer la conservation de la biodiversité et utiliser les ressources biologiques de façon durable. Les administrations ont élaboré des stratégies de conservation ou de développement durable et des énoncés de politique concernant la conservation des terres humides et des autres écosystèmes aquatiques, des espèces sauvages, des pêches, des ressources forestières et agricoles et des zones protégées.

Initiative de conservation des habitats sauvages à Terre-Neuve

En 1993, le gouvernement de Terre-Neuve et du Labrador et Habitat faunique Canada ont signé un protocole d'entente triennal concernant la protection et la mise en valeur des habitats fauniques de la province. Le protocole exige, entre autres, l'établissement d'un cadre de conservation de la biodiversité, lequel incitera tous les intervenants à collaborer aux programmes de conservation des habitats. Le protocole permet aussi d'établir un comité directeur qui sera responsable de promouvoir les initiatives sur la biodiversité.

Il existe des stratégies de conservation et de développement durable, des politiques et programmes sectoriels, des plans régionaux, des tables rondes sur l'environnement et l'économie, des ententes de règlement de revendications territoriales et de nombreux autres mécanismes qui peuvent immédiatement contribuer à la mise en oeuvre de la Stratégie. Des mécanismes visant plus particulièrement à appliquer les dispositions de la Stratégie seront mis en place selon les politiques, les priorités, les contraintes et les besoins de chaque instance.

Vu la grande portée de la Stratégie, il faudra fixer des priorités d'action, notamment en évaluant les coûts de l'inaction et ceux des mesures proposées.

Pour assurer la mise en oeuvre efficace et coordonnée de la Stratégie canadienne de la biodiversité, les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux, selon les priorités et les capacités financières qui leur sont propres, vont :

  1. Renforcer les rapports interministériels pour surveiller la mise en oeuvre et le suivi de la Stratégie.
  2. Dans l'année qui suit l'approbation de la Stratégie par les ministres, faire rapport sur les politiques, les programmes, les stratégies et les mesures qui sont ou seront entrepris pour mettre en oeuvre la Stratégie, puis rendre compte au public, selon un calendrier à établir, des progrès accomplis dans l'application de la Stratégie.
  3. À chaque palier, appliquer ou élaborer des mécanismes permettant aux administrations régionales et urbaines, aux collectivités locales et autochtones, aux groupes et particuliers intéressés, au monde des affaires et à la communauté scientifique de participer pleinement à la mise en oeuvre de la Stratégie.
  4. Coordonner les volets de la Stratégie prévoyant une participation nationale, pour aider à prendre position sur des enjeux internationaux liés à la biodiversité, et surveiller l'établissement de rapports d'avancement nationaux et internationaux.
  5. Faire en sorte qu'il y ait des mécanismes autorisant et incitant les organismes non gouvernementaux et le grand public à participer à la mise en oeuvre de la Stratégie comme à la conclusion d'ententes internationales sur la biodiversité.
  6. Informer périodiquement les Canadiens et la communauté internationale de l'état de la biodiversité au pays.
  7. Inviter, voire inciter, tous les Canadiens à contribuer à l'atteinte des objectifs de la Stratégie, comme à agir pour conserver la biodiversité et utiliser les ressources biologiques de façon durable.
  8. Trouver des moyens variés pour permettre aux collectivités autochtones de participer à la mise en oeuvre de la Stratégie, par exemple des ententes de gestion des ressources, des conseils de gestion, des programmes de forêts modèles, etc.