Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Stratégie canadienne de la biodiversité

OBJECTIF 1 - Conservation et utilisation durable

B. Zones protégées

La création et la gestion de zones protégées est le deuxième élément de l'approche de la gestion écologique. Les zones protégées contribuent à la conservation de la biodiversité, mais elles doivent s'accompagner d'une gérance prudente de la totalité du territoire, en particulier dans les zones adjacentes aux zones protégées.

La Convention définit comme zone protégée « toute zone géographiquement délimitée qui est désignée, ou réglementée, et gérée en vue d'atteindre des objectifs spécifiques de conservation ». Selon cette définition, les zones protégées peuvent être établies et gérées pour atteindre un ou plusieurs objectifs, notamment : maintien de l'intégrité écologique; conservation de la diversité des écosystèmes, des espèces et des gènes; maintien de phénomènes écologiques essentiels et de systèmes vitaux; protection du milieu naturel; recherche scientifique et protection d'éléments naturels et culturels particuliers; éducation environnementale; loisirs en plein air et tourisme; et, dans certains cas, lorsque cela est compatible avec les objectifs de conservation de la zone visée, utilisation durable des ressources d'écosystèmes naturels.

En novembre 1992, les ministres fédéral, provinciaux et territoriaux de l'environnement, des parcs et de la faune au Canada ont signé l'Engagement formel de compléter le réseau canadien de aires protégées.

Tout comme leur raison d'être, le niveau de protection accordé aux zones protégées varie. Dans certaines d'entre elles, l'activité humaine et l'accès sont strictement limités, tandis que dans d'autres, des objectifs multiples d'utilisation du territoire sont poursuivis. Certaines zones protégées sont désignées pour des raisons multiples et sont donc divisées en sous-zones qui sont protégées à des degrés divers. Des analyses propres aux différents lieux et l'établissement d'objectifs de gestion sont nécessaires pour déterminer les utilisations appropriées et compatibles.

Premières zones protégées du Canada


Les premières zones protégées du Canada ont été désignées juste après la signature de l'Acte constitutionnel afin de préserver les zones panoramiques extraordinaires pour le tourisme et les loisirs extérieurs et de protéger l'habitat faunique.

  • Premier parc national - Banff, Alberta (1885)
  • Premier refuge de faune - Last Mountain Lake, Sasketchewan (1887)
  • Premier parc provincial - Algonquin, Ontario (1893)
  • Premier parc municipal - Mont Royal, Montréal, Québec(1872)

Au Canada, les premières zones protégées ont été créées à la fin du XIXe siècle, soit dans les premières décennies de la Confédération. De nos jours, les administrations fédérales, provinciales, territoriales, régionales et municipales, les collectivités autochtones ainsi que des particuliers et des organisations privées acquièrent et gèrent des terres afin de conserver la biodiversité.

L'Alliance mondiale pour la nature (UICN) a mis au point un système de classification des zones protégées. Selon ce système, environ 8 % du territoire du Canada est classé protégé, et à peu près 4 % est à l'abri de toute activité commerciale d'extraction. La Base nationale de données sur les aires de conservation, établie par Environnement Canada, le Conseil canadien des aires écologiques et d'autres, recense quelque 3 500 zones domaniales protégées au Canada, couvrant environ 800 000 kilomètres carrés, et quelque 10 000 kilomètres carrés détenus par des groupes non gouvernementaux.


Conseil canadien des aires écologiques

Le Conseil canadien des aires écologiques (CCAE) a été établi en 1982 afin d'encourager et de faciliter l'établissement et l'utilisation d'un réseau exhaustif de zones protégées qui soient représentatives de la diversité terrestre et aquatique du Canada. Organisation indépendante et sans but lucratif, le CCAE sert de tribune unique aux organismes fédéraux, provinciaux et territoriaux, aux organisations non gouvernementales, aux chercheurs, aux industries et à d'autres secteurs qui s'intéressent à la conservation des zones écologiques. Au moyen de conférences, de consultations, de projets et de rapports techniques, le CCAE fournit de l'information ainsi que des directives et un appui précieux pur les efforts en vue d'achever un réseau exhausitif de zones protégées au Canada.


Les gouvernements, les organisations écologistes et les individus continuent d'établir des zones protégées. Des efforts ont également été déployés pour améliorer les inventaires biologiques et les classifications écologiques des terres et pour planifier l'appui à l'établissement de zones protégées.

Malgré les efforts des gouvernements et des organisations non gouvernementales, les divers réseaux ne sont pas encore complets - réserves écologiques, parcs nationaux, provinciaux, territoriaux et régionaux, réserves de faune, paysages protégés et sites ayant obtenu une désignation internationale. Les régions écologiques du Canada ne sont pas toutes représentées dans les réseaux existants de zones protégées. Dans certaines régions, les possibilités de créer des zones protégées diminuent ou se perdent.

Achèvement de réseaux du Canada

Le Québec compte aménager huit nouveaux parcs d'ici l'an 2000, dont le mont Mégantic (Estrie) et la rivière Vauréal (île d'Anticosti). Le parc marin du Saguenay s'est ajouté à la liste après la signature d'une entente entre le gouvernement du Québec et le gouvernement fédéral.

En Colombie-Britannique, la vallée Khutzeymateen a été désignée, en août 1994, parc provincial et unique refuge de grizzlis au Canada. Le parc abrite environ 50 grizzlis et sera cogéré par la bande Tsimshian.

Orientations stratégiques :

13.
Faire l'impossible pour compléter les réseaux canadiens de zones protégées représentatives des régions terrestres naturelles d'ici l'an 2000, et accélérer la protection de zones qui sont représentatives des régions marines naturelles.
14.
Faire appel à des processus ouverts et valables de participation du public et des intervenants, ainsi qu'à des connaissances scientifiques et traditionnelles de qualité, pour faire en sorte que les facteurs sociaux, économiques, culturels et écologiques soient pris en compte dans l'établissement des zones protégées.
15.
Appliquer des mesures provisoires de protection de zones potentielles afin que ces lieux ne soient pas compromis par le développement.
16.
Établir un ensemble complet de critères afin de déterminer les sites prioritaires en matière de désignation comme zones protégées : l'habitat des espèces en péril et des espèces endémiques ainsi que d'autres habitats cruciaux d'espèces sauvages; les zones de grande diversité; les espèces migratrices ou les espèces représentatives ou uniques; et les ressources génétiques qui ont une importance scientifique ou économique.
17.
Établir et appliquer, en consultation avec les intervenants intéressés, des lois et politiques, des inventaires, des plans, des lignes directrices, des programmes de surveillance et d'autres mesures pour appuyer l'établissement et la gestion des zones protégées.
18.
Gérer, en consultation avec les propriétaires fonciers, les administrations régionales et municipales, les collectivités locales et autochtones, ainsi que les intervenants intéressés, les activités humaines qui se déroulent à l'intérieur et à proximité des zones protégées afin de réduire au minimum les impacts négatifs sur la biodiversité des zones protégées et de maintenir la contiguïté, en recourant à des mécanismes comme le Programme des réserves de la biosphère de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO).
19.
Favoriser et promouvoir la conclusion d'ententes entre les gouvernements et les collectivités locales et autochtones, les propriétaires fonciers et les sociétés privées en vue de la désignation volontaire de terres à des fins de conservation.
20.
Faire appel à divers mécanismes, dont des servitudes et des engagements, pour préserver des écosystèmes relativement intacts dans des zones fortement développées, et les restaurer ou les réhabiliter si la chose est nécessaire et possible.