Au sujet de l’évaluation

Le Conseil canadien des ministres des ressources a élaboré un Cadre axé sur les résultats en matière de biodiversité en 20061 pour mettre l'accent sur les mesures de conservation et de restauration, dans le cadre de la Stratégie canadienne de la biodiversité.2 Le rapport Biodiversité canadienne : état et tendances des écosystèmes en 2010 est le premier rapport rédigé en vertu de ce cadre. Il permet d'évaluer les progrès réalisés pour atteindre l'objectif de ce cadre, à savoir des « écosystèmes sains et diversifiés » et les deux résultats souhaités en matière de conservation : i) des écosystèmes productifs, résilients et diversifiés capables de se rétablir et de s'adapter et ii) la restauration des écosystèmes endommagés. Les résultats de cette évaluation seront utilisés pour orienter le programme national de la biodiversité, pour apporter un complément à l'accent historique mis sur les espèces et pour faciliter l'établissement de priorités en matière de biodiversité.

Ce rapport a été préparé sous la supervision d'un comité de direction composé de représentants des gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux. Plus de 500 experts ont participé à la préparation des rapports techniques de base (voir Auteurs et contributions). Vingt–deux constatations clés récurrents sont ressortis des renseignements techniques et sont présentés dans le présent rapport organisé en quatre thèmes interdépendants : biomes; interactions humains/écosystèmes; habitats, espèces sauvages et processus écosystémiques; et interface science–politique.

L'année 2010 est l'Année internationale de la biodiversité. Le Conseil canadien des ministres des ressources ont l'intention d'utiliser ce rapport comme évaluation partielle des progrès réalisés par le Canada pour atteindre l'objectif fixé par les Nations Unies en matière de biodiversité « en vue d'assurer d'ici à 2010 une forte réduction du rythme actuel de perte de diversité biologique aux niveaux mondial, régional et national à titre de contribution à l'atténuation de la pauvreté et au profit de toutes les formes de vie sur la planète ».3

 

Cartes ecozone+

Système de classification écologique – écozones+

Une version légèrement modifiée des écozones terrestres du Canada, décrite dans le Cadre écologique national pour le Canada,4 a permis de déterminer les écozones axées sur l'écosystème pour cette évaluation. Les modifications comprenaient : un ajustement des limites terrestres pour tenir compte des améliorations résultant des activités de vérification au sol; la fusion des trois écozones de l'Arctique en une seule écozone; l'utilisation de deux écoprovinces, à savoir le bassin intérieur de l'Ouest et la forêt boréale de Terre–Neuve; l'ajout de neuf écozones marines axées sur l'écosystème; et l'ajout de l'écozone des Grands Lacs. Ce système de classification modifié est appelé « écozones+ » dans l'évaluation pour éviter toute confusion avec les « écozones » plus connues du cadre initial.5

Pour de plus amples renseignements, lisez le résumé, le coup d'oeil sur les constatations clés, ou téléchargez le rapport complet. La série de rapports techniques fondés sur l’écozone+ et groupés en thèmes, à l’appui des vingt–deux principales constatations de l’évaluation, sera aussi disponible d’ici peu.