Buts et objectifs canadiens pour la biodiversité d'ici 2020

But D. D’ici 2020, les Canadiens sont informés sur la valeur de la nature et participent plus activement à son intendance.

Objectif 18. D’ici 2020, la biodiversité est intégrée dans les programmes d’études des niveaux élémentaire et secondaire.

Indicateur :

  • Nombre d’administrations qui ont intégré la diversité biologique à leurs programmes d’études primaires et secondaires

Pourquoi cet objectif est-il important pour le Canada?

L’éducation et la sensibilisation des jeunes à la biodiversité sont essentielles si le Canada souhaite avoir une relève sur le plan des leaders en matière de conservation et de développement durable, faire de la biodiversité un enjeu dominant et atteindre ses objectifs quant à la conservation de la biodiversité. En intégrant la compréhension et l’importance de la biodiversité, on créera une culture axée sur l’appréciation, la conservation et l’action. Cet objectif met l’accent sur l’enseignement de la biodiversité aux jeunes Canadiens, en intégrant la biodiversité au programme d’enseignement officiel.

Liens avec le Plan stratégique de la Convention sur la diversité biologique de 2011-2020.
Cet objectif du Canada est lié à l’objectif mondial 1 d’Aichi.

Atteindre l’objectif

Les réseaux d’enseignement provinciaux et territoriaux sont le mécanisme clé pour intégrer les enjeux de la biodiversité au matériel éducatif officiel. Différents établissements à l’échelle du pays y travaillent déjà. En Ontario, par exemple, l’intégration de la biodiversité au programme scolaire, de la maternelle à la 12e année, est un objectif de la Stratégie provinciale de la biodiversité.

En 2014, dans le cadre d’une analyse des gouvernements provinciaux et territoriaux, les cinq provinces et territoires qui déclarent des données indiquent tous que la biodiversité a été intégrée dans le programme d’études des niveaux primaire et secondaire et que la biodiversité est un sujet ou un thème particulier dans le programme. La biodiversité est principalement enseignée dans le domaine de la science ou de la science et technologie à tous les niveaux scolaires. De plus, dans plusieurs provinces, on faufile les principaux concepts de la biodiversité à différents niveaux dans d’autres domaines, y compris les arts, les études sur la carrière et la technologie, les études sociales, la santé et l’éducation physique, et la musique.

Le Conseil des ministres de l’Éducation propose un autre mécanisme pour encourager l’intégration de la biodiversité au programme des écoles primaires et secondaires, soit avec le Cadre pancanadien de coopération et d’action pour l’éducation en vue du développement durable.

On appuie souvent une telle intégration aux programmes officiels grâce à des activités d’apprentissage non officielles dans les zoos, les aquariums, les jardins botaniques, les parcs nationaux et provinciaux, les musées, les centres d’éducation en plein air et environnementaux au Canada, ou encore celles offertes par des organisations ou des programmes misant sur l’éducation des jeunes et la sensibilisation à la biodiversité, comme Envirothon.

Principaux concepts

Matériel éducatif : Définit ce que les élèves apprennent dans les écoles publiques. Il détaille les connaissances et compétences que les élèves doivent acquérir dans chaque sujet, chaque année, et il établit des normes pour les provinces et territoires.

Intégration : Intègre les considérations liées à la biodiversité, plus particulièrement la conservation et l’utilisation durable de la biodiversité, aux décisions quotidiennes à l’échelle de tous les secteurs de la société, des choix individuels aux décisions opérationnelles et en matière d’investissements prises par les entreprises privées et aux décisions stratégiques publiques.

Comment les progrès seront mesurés?

L’indicateur proposé pour l’objectif mentionné en rubrique se fonde sur des données des provinces et des territoires. Il faut recueillir des données sur l’intégration de la biodiversité aux programmes primaires et secondaires auprès des ministères de l’Éducation provinciaux et territoriaux. Environnement Canada, les provinces et les territoires peuvent réaliser des études de cas axées sur les activités éducatives non officielles réalisées en lien avec la biodiversité.

Objectif 19. D’ici 2020, plus de Canadiens font des sorties en nature et participent à des activités de conservation de la biodiversité.

Indicateurs :

  • Pourcentage de Canadiens qui affirment prendre des mesures concrètes pour protéger l’environnement.
  • Participation à des programmes de surveillance scientifique mis en œuvre par des citoyens sur une base bénévole.
  • Tendances dans la visite des parcs ou des aires de conservation
  • Tendances dans le pourcentage des Canadiens qui ont indiqué avoir visité des parcs ou des espaces verts publics

Pourquoi cet objectif est-il important pour le Canada?

Passer du temps en nature est un des passe-temps favoris de nombreux Canadiens. En plus d’être bénéfiques pour notre santé, les activités extérieures renforcent notre lien avec le monde naturel qui nous entoure et favorisent une compréhension de l’importance et de la beauté de la nature. Pour de nombreuses personnes, cela aide à stimuler une reconnaissance de la valeur du monde naturel dans le maintien de nos vies et les encourage à prendre part aux efforts pour conserver la biodiversité De nombreux Canadiens prennent de plus en plus part aux efforts de conservation de la biodiversité. Tout le monde a un rôle à jouer et ainsi donner l’exemple. Les avantages de la biodiversité vont aussi au-delà du simple individu. On les prend en considération dans les plans d’affaires, dans les écoles écologiques, sur les plateaux, dans les galeries d’art et dans les plans de gestion des zones urbaines. En outre, pour atteindre les objectifs en matière de biodiversité, tous les secteurs de la société doivent collaborer et coopérer, c’est-à-dire les ordres de gouvernement, les peuples autochtones, les établissements d’enseignement et scientifiques, les organisations non gouvernementales de l’environnement, les entreprises, les citoyens ou les jeunes.

Passer du temps en nature et participer aux activités de conservation de la biodiversité est un bon indicateur de la manière dont les Canadiens comprennent la biodiversité et l’apprécient. Les Canadiens qui déclarent participer volontairement à des activités de conservation de la biodiversité ou des activités durables axées sur la nature et qui cherchent à y prendre part peut être un indice de leur intérêt à l'égard de la biodiversité à la maison, dans leur cour arrière et dans leur collectivité. Ces activités peuvent emprunter plusieurs formes, y compris des visites dans des parcs et des aires de nature sauvages, l'intendance, le bénévolat auprès d'organisations de conservation, des activités s'adressant aux citoyens de la science, dont les programmes de surveillance, les contributions financières et en nature aux projets ou aux causes de conservation ou la participation à des activités pour découvrir la biodiversité canadienne et en apprendre davantage sur celle-ci.

Liens avec le Plan stratégique de la Convention sur la diversité biologique de 2011-2020.
Cet objectif du Canada est lié aux objectifs mondiaux 1 et 4 d’Aichi.

Atteindre l’objectif

Les Canadiens passent beaucoup de temps en nature en visitant des parcs nationaux et provinciaux et en profitant des aires naturelles dans leurs collectivités. La renaturalisation des espaces urbains et l’établissement d’aires de conservation plus près des centres de population, comme le parc urbain national de la Rouge dans la région du Grand Toronto, offrent à un nombre de plus en plus important de Canadiens un accès à la nature.

À l’échelle internationale, le Canada est reconnu pour ses programmes d’intendance et ses programmes bénévoles élaborés. On compte des millions de responsables actifs en matière d’intendance environnementale au Canada, en plus de plusieurs milliers d’organisations se dévouant à la préservation de la biodiversité par l’entremise d’une vaste gamme d’activités. La contribution de ces individus et groupes à la biodiversité est irremplaçable. Un nombre incroyable d’efforts visant à faire participer les Canadiens aux activités de conservation de la biodiversité sont déployés partout au pays, plus particulièrement dans les municipalités et régions, grâce à des organisations de l’environnement et à des programmes de bénévoles locaux, et à des programmes de conservation offerts par le gouvernement, comme ÉcoAction et le Programme d’intendance de l’habitat.

En outre, les Canadiens nous aident à mieux comprendre les espèces, grâce à différents programmes s'adressant aux citoyens de la science. dont les programmes de surveillance des oiseaux, comme le Relevé des oiseaux nicheurs qui a commencé en 1966. C’est le relevé le plus vieux du genre en Amérique du Nord. Parmi les autres programmes s'adressant aux citoyens de la science, il y a Attention grenouilles, qui utilise les grenouilles et crapauds comme espèce indicatrice pour surveiller la santé des terres humides, et Opération floraison, qui utilise les périodes de floraison comme indicateur important des changements climatiques.

Les organisations privées, publiques et non gouvernementales jouent toutes un rôle important pour amener les Canadiens en nature et obtenir leur participation aux activités de conservation. On peut suivre la participation en examinant les tendances sur le plan des comportements, comme la visite des parcs et la participation aux activités et aux programmes pertinents en matière de biodiversité.

Principaux concepts

Activités de conservation de la biodiversité : Les actions des collectivités, des groupes ou d’individus qui contribuent à la conservation de la nature ou la facilitent, par exemple, l’intendance des aires naturelles, le rétablissement de l’habitat, la réduction des pressions directes sur la biodiversité, la hausse des connaissances sur le milieu naturel ou de la compréhension de celui-ci, ainsi que les mesures pour le conserver, et la sensibilisation accrue à l’égard des valeurs de la biodiversité.

Comment les progrès seront mesurés?

Les indicateurs proposés pour l’objectif mentionné en rubrique se fondent sur des données de Statistique Canada, d’Environnement Canada, d’organismes responsables des parcs fédéraux et provinciaux et possiblement d’autres organisations. L’Enquête sur les ménages et l’environnement de Statistique Canada fournit des données sur le pourcentage de Canadiens qui déclarent qu’ils prennent absolument des mesures pour protéger l’environnement. Environnement Canada et ses partenaires fournissent des données sur des activités bénévoles comme le Relevé des oiseaux nicheurs, Attention grenouilles, Opération floraison et possiblement d’autres. Environnement Canada, les provinces et les territoires peuvent réaliser des études de cas illustrant la participation de la population canadienne aux activités de conservation de la biodiversité.

Buts et objectifs - Introduction