Charge en éléments nutritifs et efflorescences algales

État et tendances
l'état s'améliore aux endroits où les apports d'éléments nutritifs ont été réduits
Sain, s’améliore lentement ou modérément
l'état se détériore aux endroits où les efflorescences algales augmentent et où les apports d'éléments nutritifs ne sont pas contrôlés

Préoccupant, empire lentement ou modérément
quelques données fiables, mais couverture spatiale limitée; tendances temporelles souvent trop courtes

Fiabilité de la constatation moyenne
réapparition d'efflorescences algales à certains endroits où les apports d'éléments nutritifs ont été réduits

Drapeau rouge

CONSTATATION CLÉ 12. Les apports d'éléments nutritifs aux systèmes d'eau douce et marins, et plus particulièrement dans les paysages urbains ou dominés par l'agriculture, ont entraîné la prolifération d'algues qui peuvent être nuisibles ou nocives. Les apports d'éléments nutritifs sont en hausse dans certaines régions et en baisse dans d'autres.

Cette constatation clé est divisée en trois parties :

La charge en éléments nutritifs correspond au rejet dans l'environnement, par les activités humaines, d'azote, de phosphore et d'autres éléments nutritifs1. Les engrais agricoles, les phosphates de détergents et les eaux usées urbaines constituent des exemples de sources d'éléments nutritifs pour les systèmes aquatiques. L'augmentation de la quantité d'éléments nutritifs stimule la croissance du phytoplancton, c'est-à-dire les bactéries et les algues qui constituent le fondement des réseaux trophiques aquatiques, mais il peut s'ensuivre des effets négatifs sur les écosystèmes aquatiques2.

Une charge excessive en éléments nutritifs peut causer des efflorescences algales (augmentations rapides de la croissance du phytoplancton) et, à l'occasion, des zones mortes. Les efflorescences algales peuvent créer des zones mortes par l'intermédiaire de deux mécanismes, soit en consommant de l'oxygène à un point tel que les autres plantes et animaux ne peuvent survivre ou, dans le cas de quelques espèces de phytoplancton (principalement les algues bleu-vert en eaux douces et les dinoflagellés en eaux salées), en formant des efflorescences néfastes qui produisent des composés toxiques létaux pour d'autres organismes3. Les efflorescences algales ont été la cause de nombreux épisodes de mortalité massive de poissons. Cependant, seulement environ 2 % des 2000 espèces de phytoplancton d'eau douce décrites et des 3400 à 4000 espèces connues de phytoplancton marin estimées sont toxiques4,5.

Bien qu'il y ait des efflorescences algales d'origine naturelle, les charges en éléments nutritifs contribuent à l'augmentation de leur fréquence, de leur étendue et de leur intensité6. Les températures croissantes de l'eau peuvent également être un élément contributif, et on s'attend à ce que les changements climatiques entraînent des conséquences sur le plan de la distribution, de la saisonnalité et de la fréquence des efflorescences algales7.

Les efflorescences d'algues, qu'elles soient toxiques ou non, se produisent partout au Canada dans les lacs, les réservoirs, les étangs, les rivières, les marécages et les estuaires. Elles ont été signalées dans les régions de la côte et de l'intérieur de la Colombie-Britannique, dans les Prairies (système du lac Qu'Appelle8), dans le centre du Canada (lac Winnipeg9 et lac des Bois), dans les Grands Lacs et le Bouclier boréal en Ontario, dans les plaines à forêts mixtes, le Bouclier boréal et le fleuve Saint-Laurent au Québec et dans la région maritime de l'Atlantique4.

Monde

Tendances mondiales

Plus de 400 zones mortes ont été rapportées dans les eaux côtières partout dans le monde6. On prévoit que les charges en éléments nutritifs dans les écosystèmes terrestres, d'eau douce et côtiers vont augmenter de manière substantielle au cours des années qui viennent1.

 

Introduction