Lignes directrices pour la préparation des produits du RETE- classification des menaces pour la biodiversité

Ce rapport est aussi disponible en version PDF. Rapport technique thématique no 2. - Lignes directrices pour la préparation des produits du RETE – Classification des menaces pour la biodiversité (PDF, 1.0 Mo)

Table des matières

Information sur le document
Préface

Liste des tableaux
Introduction
Examen des systèmes existants de classification des menaces

Classification des menaces aux fins du RETE
Références
Annexes

Liste des tableaux

Tableau 1. Description des caractéristiques d’un bon système de classification des menaces
Tableau 2. Comparaison des systèmes de classification des menaces
Tableau 3. Classification des menaces aux fins du RETE


Information sur le document

Lignes directrices pour la préparation des produits du RETE -- classification des menaces pour la biodiversité

Couverture de la publication : Lignes directrices pour la préparation des produits du RETE — classification des menaces pour la biodiversité

C. WongFootnote[1]

Biodiversité canadienne : état et tendances des écosystèmes en 2010
Rapport technique thématique no 2
Publié par les Conseils canadiens des ministres des ressources

Catalogage avant publication de Bibliothèque et Archives Canada

Lignes directrices pour la préparation des produits du RETE― Classification des menaces pour la biodiversité.

Publ. aussi en anglais sous le titre :
Guidance for the preparation of ESTRproducts – classifying threats to biodiversity.
Monographie électronique en version PDF.
ISBN978-1-100-20256-3
No de cat. : En14-43/2-2012F-PDF

Le contenu de cette publication ou de ce produit peut être reproduit en tout ou en partie, et par quelque moyen que ce soit, sous réserve que la reproduction soit effectuée uniquement à des fins personnelles ou publiques, mais non commerciales, sans frais ni autre permission, à moins d’avis contraire.

On demande seulement :

  • de faire preuve de diligence raisonnable en assurant l’exactitude du matériel reproduit;
  • d’indiquer le titre complet du matériel reproduit et l’organisation qui en est l’auteur;
  • d’indiquer que la reproduction est une copie d’un document officiel publié par le gouvernement du Canada et que la reproduction n’a pas été faite en association avec le gouvernement du Canada ni avec l’appui de celui-ci.

La reproduction et la distribution à des fins commerciales sont interdites, sauf avec la permission écrite de l’administrateur des droits d’auteur de la Couronne du gouvernement du Canada, Travaux publics et Services gouvernementaux Canada (TPSGC). Pour de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec TPSGCau 613-996-6886 ou à droitdauteur.copyright@tpsgc-pwgsc.gc.ca.

Ce rapport devrait être cité comme suit :

Wong, C. 2011. Lignes directrices pour la préparation des produits du RETE– classification des menaces pour la biodiversité. Biodiversité canadienne : État et tendances des écosystèmes en 2010, Rapport technique thématique no 2. Conseils canadiens des ministres des ressources. Ottawa, (Ont.). iii + 35 p.

© Sa Majesté la Reine du chef du Canada, 2012
Also available in English

Footnotes

Footnote 1

Gestion et indicateurs de l’eau, Environnement Canada, Pacifique et Yukon

Return to footnote 1


Préface

Les Conseils canadiens des ministres des ressources ont élaboré un Cadre axé sur les résultats en matière de biodiversitéFootnote1 en 2006 pour mettre l’accent sur les mesures de conservation et de restauration conformément à la Stratégie canadienne de la biodiversitéFootnote2. Le rapport Biodiversité canadienne : état et tendances des écosystèmes en 2010Footnote3 a été le premier rapport rédigé suivant ce cadre. Il permet d’évaluer les progrès réalisés en vue d’atteindre l’objectif du cadre, à savoir des « écosystèmes sains et diversifiés » et obtenir les deux résultats souhaités en matière de conservation : i) des écosystèmes productifs, résilients et diversifiés capables de se rétablir et de s’adapter et ii) la restauration des écosystèmes endommagés.

Les 22 constatations clés récurrentes présentées dans Biodiversité canadienne : état et tendances des écosystèmes en 2010 sont issues de la synthèse et de l’analyse des rapports techniques préparés dans le cadre du présent projet. Plus de 500 experts ont participé à la rédaction et à l’examen de ces documents de base. Le présent rapport, intitulé Lignes directrices pour la préparation des produits du RETE― Classification des menaces pour la biodiversité, est un des trois documents de référence qui ont été rédigés afin d’aider le comité directeur responsable du Rapport sur l’état et les tendances des écosystèmes (RETE) à élaborer un cadre de travail et à fournir une orientation pour le projet. Le rapport est fondé sur l’analyse de la documentation spécialisée et a été produit à des fins d’examen par le comité directeur du RETE.

Haut de la page

Système de classification écologique – écozones+

Une version légèrement modifiée des écozones terrestres du Canada, décrite dans le Cadre écologique national pour le CanadaFootnote4, a permis de déterminer les zones représentatives d’écosystèmes pour tous les rapports compris dans le présent projet. Les modifications comprennent : un ajustement des limites terrestres pour tenir compte des améliorations résultant des activités de vérification au sol; la fusion des trois écozones de l’Arctique en une seule écozone; l’utilisation de deux écoprovinces, à savoir le bassin intérieur de l’Ouest et la forêt boréale de Terre-Neuve; l’ajout de neuf zones marines représentatives d’écosystèmes; et l’ajout de l’écozone des Grands Lacs. Ce système de classification modifié est appelé « écozones+ » dans ces rapports afin d’éviter toute confusion avec les « écozones »mieux connues du cadre initial.Footnote5

Cadre de classification écologique pour le Rapport sur l'état et les tendances des écosystèmes du Canada.

Description longue pour le Rapport sur l'état et les tendances des écosystèmes du Canada.

Cette carte du Canada montre le cadre de classification écologique pour le Rapport sur l'état et les tendances des écosystèmes, appelé « écozones+ ». Cette carte illustre la répartition des 15 écozones+ terrestres, deux grandes écozones+ de lacs et neuf écozones+ marines.

Haut de la page

Introduction

Lors de la préparation des rapports sur les écozones+ dans le cadre du Rapport sur l’état et les tendances des écosystèmes (RETE), il est apparu évident qu’il fallait établir des lignes directrices relativement à la dénomination et à la classification des menaces à la biodiversité afin d’assurer une certaine uniformité dans l’ensemble des rapports. Le présent document fournit ces lignes directrices par l’entremise d’une révision de la documentation spécialisée pertinente sur l’utilisation des classifications des menaces à la biodiversité ou aux écosystèmes, suivie de la présentation d’une classification pour aider à déterminer les menaces, à normaliser la nomenclature utilisée pour les enjeux semblables qui se posent dans différentes écozones et à faciliter la comparaison des renseignements entre les écozones+. Étant donné que ces lignes directrices ont été fournies alors que la préparation des rapports sur les écozones+ était déjà en cours, leur utilisation n’est pas toujours évidente.

Haut de la page

Classification des menaces

En règle générale, on entend par « menace » une force ayant un effet néfaste réel ou potentiel sur la biodiversité. Toutefois, il existe des synonymes pour des concepts semblables, et la terminologie utilisée peut se prêter à diverses définitions (voir Annexe 1). Un article de Salafsky et al. (2008) répertorie les caractéristiques d’un bon système de classification des menaces. Au Tableau 1, on présente une description des caractéristiques utilisées subséquemment dans le présent document pour comparer les diverses classifications possibles.

Tableau 1. Description des caractéristiques d’un bon système de classification des menaces.
CritèreDéfinition
SimpleUtilise un langage et des exemples clairs.
HiérarchiquePropose une méthode logique de groupement des menaces apparentées les unes aux autres afin d’en faciliter le classement et l’analyse à divers niveaux, notamment au niveau de l’écosystème.
ExhaustifPrend en compte l’ensemble des menaces, au moins aux niveaux les plus élevés de la hiérarchie.
ÉvolutifPermet l’intégration des nouvelles menaces découvertes.
ExclusifUtilise des catégories exclusives, chaque menace ne pouvant appartenir qu’à une seule catégorie hiérarchique.
ÉchelonnableUtilise la même terminologie à toutes les échelles géographiques.

Source: Salafsky et al., (2008)

Haut de la page

Examen des systèmes existants de classification des menaces

Documents principaux

Venter et al. (2006) quantifient les menaces qui pèsent sur 488 espèces terrestres et aquatiques du Canada en utilisant les catégories établies par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) : espèce disparue (de la surface de la Terre), espèce disparue du pays, espèce en voie de disparition, espèce menacée ou espèce préoccupante. Six grandes catégories de menaces sont établies par ordre décroissant d’importance : perte d’habitat, surexploitation, interactions entre les espèces indigènes, causes naturelles, pollution et espèces introduites. La perte d’habitat est de loin la menace la plus importante, puisqu’elle pèse sur 84 % de l’ensemble des espèces. Chacune des six catégories de menaces est subdivisée (voir Annexe 2) afin de permettre une analyse plus fine de la manière dont chacune d’elles contribue à la perte de biodiversité.

On reconnaît l’existence d’une synergie entre les diverses menaces, et les distinctions sémantiques entre chacune d’elles ne sont donc pas triviales. Malgré leur caractère assez large, les catégories proposées par Venter et al. (2006) ne sont pas exclusives : certaines menaces peuvent figurer dans plusieurs catégories. Par exemple, la pollution due aux activités agricoles et à l’urbanisation est recensée également dans la catégorie « perte d’habitat ». De nombreuses études (Kerr et Cihlar, 2004; Kerr et Deguise, 2004) tendent à conclure que la perte d’habitat due à l’urbanisation et à la conversion en terres agricoles constitue une menace directe à la biodiversité, tout en soulignant la menace que présente par ailleurs l’augmentation de la pollution due à ces phénomènes. On a constaté que la nature du changement de vocation du territoire influe plus que la superficie touchée par le changement sur la gravité de la menace qui pèse sur les espèces (Kerr et Deguise, 2004; Brown et Laband, 2006).

Wilcove et al. (1998) ont classé et quantifié les menaces qui pèsent sur 1 880 espèces figurant dans les listes des espèces en voie de disparition (endangered) ou menacées (threatened) du Endangered Species Act des États-Unis. Ils ont examiné cinq grandes catégories de menaces : dégradation ou perte de l’habitat, espèces exotiques, pollution, surexploitation et maladies. Malgré de légères différences entre les catégories de menace évaluées, ces chercheurs ont eux aussi conclu que la perte d’habitat était la menace la plus importante, et qu’elle touchait 85 % de l’ensemble des espèces examinées. Une analyse plus fine fondée sur 13 sous-catégories de perte d’habitat a conduit à conclure que les activités agricoles et la conversion des terres aux fins du développement commercial constituaient les causes les plus importantes de la modification des habitats mettant les espèces en péril. À l’exemple de Venter et al. (2006), Wilcove et al. (1998) ont proposé des catégories très larges, mais ces dernières (ainsi que leurs sous-catégories) ne sont pas exclusives ni suffisamment explicites pour permettre l’utilisation d’une nomenclature cohérente.

Foin et al. (1998) ont examiné les plans de rétablissement de 311 espèces figurant dans les listes du Endangered Species Act des États-Unis, et défini 9 catégories de menaces aux fins de la quantification : réduction de l’habitat, modification de l'habitat, introduction d’espèces exotiques, réduction de la population due à la récolte par les humains, habitats spécialisés, succession et perturbation, hybridation, interactions biotiques et coévolution. Comme prévu, la réduction et la modification de l’habitat étaient les menaces les plus importantes recensées dans les plans de rétablissement. Cette classification des menaces n’est pas assez détaillée pour qu’on puisse en déterminer le degré d’exclusivité, mais la somme des pourcentages des plans de rétablissement visant chacune des menaces donne à conclure qu’il n’y a pas de chevauchement des catégories.

Lawler et al. (2002) ont procédé eux aussi à l’examen des plans de rétablissement de 181 espèces figurant dans les listes du Endangered Species Act des États-Unis. Ils ont établi 59 menaces distinctes qu’ils ont regroupées en 9 catégories : utilisation des ressources, espèces exotiques, construction, modification de la dynamique de l’habitat, agriculture, interactions entre les espèces indigènes, pollution, dérivations des cours d’eau et autres facteurs. Les menaces les plus importantes sont celles liées à l’utilisation des ressources, aux espèces exotiques, aux activités de construction et aux changements dans la dynamique de l’habitat, chacune touchant 70 à 80 % de l’ensemble des espèces examinées. On constate sans surprise que la plupart des espèces sont exposées à plusieurs catégories de menaces. Malgré la vaste portée et la classification hiérarchique de chacune des menaces, les catégories de ce système ne sont pas plus exclusives que celles des autres systèmes de classification.

Dextrase et Mandrak (2006) ont examiné les incidences particulières des espèces exotiques envahissantes sur la faune dulcicole en s’appuyant sur les données présentées dans les rapports de situation du COSEPAC. En Amérique du Nord, les taux d’extinction affichés par les espèces animales dulcicoles sont cinq fois plus élevés que ceux des groupes d’animaux terrestres (Ricciardi et Rasmussen, 1999). L’introduction d’espèces exotiques envahissantes occupe le deuxième rang des principales menaces qui pèsent sur les espèces de poissons d’eau douce, derrière la perte d’habitat. La plupart des espèces envahissantes ont été introduites délibérément aux fins de la pêche sportive : ce sont des poissons de sport ou des poissons fourrages pour les précédents. D’autres espèces qui constituent également une menace sérieuse pour les espèces indigènes ont été introduites par des moyens différents : rejets d’eau de ballast des navires, canaux, déplacements des embarcations de plaisance, aquaculture et horticulture, et rejets d’eau d’aquarium. Les modifications de l’habitat -- par exemple, modifications du débit, urbanisation et conversion en terres agricoles -- peuvent également favoriser les espèces introduites au détriment des espèces indigènes (Light et Marchetti, 2007).

Smith et al. (2006) ont examiné les menaces que font peser les maladies sur les espèces. Ils ont constaté que l’opinion selon laquelle les maladies compteraient parmi les principales menaces à la biodiversité relève plus de l’anecdote que de l’expérience. L’examen des rapports portant sur les espèces disparues figurant sur la liste rouge de l’Union internationale pour la conservation de la nature (IUCN) a donné à conclure qu’aucun des cas de disparition n’était dû exclusivement à une maladie infectieuse. Fréquemment, les problèmes de maladies sont liés à l’introduction d’une espèce exotique (Smith et al., 2006). Par exemple, une maladie infectieuse peut entraîner une baisse temporaire ou permanente du nombre ou de la densité des individus d’une population, et rendre ainsi cette dernière plus vulnérable aux effets d’autres facteurs comme une augmentation de la prédation par les espèces exotiques (Venter et al., 2006; Smith et al., 2006).

Chu et al.(2003) ont utilisé les données de recensement de Statistique Canada pour comparer les facteurs régionaux de stress qui influent sur la diversité des poissons d’eau douce du Canada. Les indicateurs de stress ont été indexés avec les données sur la biodiversité des espèces et l’environnement physique afin d’établir une classification du rang de priorité de conservation entre les divers bassins versants. La majorité des facteurs de stress examinés dans le cadre de cette étude étaient liés à la conversion de l’habitat. Dans une étude plus récente, Chu et al. (2008) ont examiné l’incidence synergique de la température, de la diminution des réserves de la nappe souterraine et des changements climatiques sur la biodiversité des milieux dulcicoles des bassins versants du sud de l’Ontario.

Yiming et Wilcove (2005) ont comparé les menaces qui pèsent sur les espèces de vertébrés en Chine et aux États-Unis. Ils ont observé des différences dans l’importance relative des menaces qui contribuent à la perte de biodiversité, mais les menaces principales pouvaient toutes être regroupées dans les mêmes grandes catégories, soit : surexploitation, destruction de l’habitat, pollution, espèces introduites et maladies. Chacune de ces catégories a été divisée en sous-catégories. Toutefois, les auteurs n’ont pas fourni de définitions des catégories, et ces dernières ne sont pas exclusives. Par exemple, la sous-catégorie « pénurie d’aliments » figure dans la catégorie « destruction de l’habitat », et les sous-catégories « aliments », « matières premières » et « récolte fortuite » figurent toutes trois dans la catégorie « surexploitation » sans explication ni autre forme de distinction.

Flather et al. (1998) ont recensé 63 menaces pesant sur plus de 600 espèces menacées ou en voie de disparition aux États-Unis à partir de documents publiés tels que des listes du Federal Register, des bulletins techniques du Fish and Wildlife Service, des plans de rétablissement, des énoncés des incidences environnementales et des rapports d’organismes fédéraux et d’État. Richter et al. (1997) ont de leur côté défini les facteurs de stress et les sources de ces facteurs qui influent sur ces espèces en utilisant des rapports d’experts. Ni l’une ni l’autre de ces études ne propose une classification systématique des facteurs de stress en fonction des forces agissantes ou des menaces principales.

Haut de la page

Applications de la documentation spécialisée

L’IUCNa créé des systèmes de classification types des menaces directes précisément pour faire en sorte que les agents de protection de la nature utilisent une nomenclature commune pour décrire les enjeux auxquels ils font face, et pour faciliter la diffusion des connaissances entre les projets et la mise en commun des informations recueillies (Salafsky et al., 2008; IUCN, 2011) (voir Annexe 3). Ce système est intuitif et exhaustif, et ses définitions favorisent la cohérence. Il se distingue par le fait qu’il favorise l’établissement de catégories exclusives. C’est un système hiérarchique, constitué de sous-catégories regroupées en grandes catégories de menaces comme suit : développement résidentiel et commercial; agriculture; production d’énergie et mines; couloirs de transport et de service; utilisation des ressources biologiques; intrusions et perturbations par les humains; modifications des systèmes naturels; espèces et gènes envahissants ou préoccupants; pollution; événements géologiques; changements climatiques et mauvais temps.

Les rapports publiés dans le cadre de l’Évaluation des écosystèmes pour le millénaire (Evaluation des Ecosystèmes pour le Millénaire, 2005) répondaient aux besoins en information de la Convention sur la diversité biologique, de la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification, de la Convention relative aux zones humides d’importance internationale (Convention de Ramsar) et de la Convention sur les espèces migratrices. Elle a pour objectif de décrire les conséquences globales de l’évolution des écosystèmes sur le bien-être des humains et de déterminer les options de gestion qui pourraient promouvoir ce bien-être tout en assurant la préservation des écosystèmes. Les moteurs directs et indirects du changement sont donc examinés sous un angle anthropocentrique. On ne propose pas de classification hiérarchique des moteurs du changement, mais les rapports examinent les moteurs anthropiques directs de l’évolution de la diversité globale -- notamment les changements à l’évolution de l’habitat, les espèces envahissantes et les agents pathogènes introduits, l’apport en éléments nutritifs et la pollution, la surexploitation et l’accélération des changements climatiques. On reconnaît par ailleurs l’existence d’un effet synergique entre ces moteurs directs et de puissants moteurs indirects globaux qui sont de nature démographique, économique, sociopolitique, scientifique et technologique, culturelle ou religieuse, et physique, biologique ou chimique.

La deuxième édition des Perspectives mondiales de la biodiversité (GBO 2), publiée par le Secrétariat de la Convention sur la diversité biologique (2006), utilise une série d’indicateurs pour évaluer les progrès réalisés à l’échelle planétaire dans l’atteinte de l’objectif fixé par la Convention pour 2010 : réduire sensiblement la perte de biodiversité. Le quatrième rapport sur les perspectives de l’environnement mondial (GBO 4) publié par le Programme des Nations Unies pour l’environnement (2007) décrit l’état actuel de l’environnement et du développement humain ainsi que leur évolution depuis 1987, et détermine les actions prioritaires à mettre en œuvre. Comme l’Évaluation des écosystèmes pour le millénaire (2005) dont les résultats sont intégrés dans les deux évaluations globales, ce rapport définit cinq menaces principales, sans toutefois en proposer une classification systématique.

Ressources naturelles Canada (2004) a établi des cartes des menaces qui pèsent sur les écosystèmes du Canada comme les routes, les rejets industriels et les eaux usées. Les données sur ces menaces sont classées en fonction de la densité des types de routes (p. ex., autoroutes, routes principales, ensemble du réseau routier, etc., dans chaque écozone, de la densité des rejets industriels dans 194 écorégions terrestres et du pourcentage de la population desservie par des systèmes de traitement primaire, secondaire ou tertiaire des eaux usées, ou dont les eaux usées ne sont pas traitées.

L’Institut national de recherche sur les eaux d’Environnement Canada reconnaît 15 menaces liées à l’eau et qui influent sur la santé des écosystèmes aquatiques et sur la qualité de l’eau potable au Canada (Environnement Canada, 2001). Lors d’une série d’ateliers organisés en 2001, des chercheurs et des gestionnaires ont déterminé l’état et les tendances des écosystèmes ainsi que les connaissances et les programmes qui seront nécessaires pour faire face à ces menaces. Leur classification des menaces s’est fondée, dans certains cas, sur des groupes de contaminants semblables, par exemple, les pesticides, ou, dans d’autres cas, sur les sources d’un mélange de contaminants. Ainsi, les catégories de menaces ne sont pas exclusives et ne sont pas classées d’une manière hiérarchique. Les 15 catégories de menaces déterminées sont les suivantes : agents pathogènes d’origine hydrique, toxines produites par des algues, goût et odeur; pesticides; polluants organiques persistants et mercure; perturbateurs du système endocrinien; nutriants (azote et phosphore); acidification des eaux; effets sur les écosystèmes des organismes génétiquement modifiés; effluents des installations de traitement des eaux usées municipales; sources ponctuelles de rejets industriels; écoulements urbains; sites d’enfouissement et élimination des déchets; incidences de l’utilisation des terres pour l’agriculture et l’exploitation forestière; sources naturelles de contaminants à l’état de trace; incidences des barrages et des ouvrages de dérivation des eaux; changements climatiques.

Le ministère de l’Environnement de la Colombie-Britannique produit un rapport sur les tendances de l’environnement tous les cinq ans et un rapport provisoire abordant une question particulière tous les 30 mois. Le plus récent rapport (BC Ministry of Environment, 2007) fait état de 44 indicateurs et de plus de 25 mesures supplémentaires regroupées en 7 grands domaines, y compris la conservation des espèces (voir Annexe 5). La classification des menaces proposée par Venter et al. (2006) a servi à déterminer les principales menaces qui pèsent sur 179 espèces en péril en Colombie-Britannique. Globalement, on a déterminé que la perte d’habitat due à l’urbanisation constituait la principale menace, suivie de l’introduction d’espèces exotiques. Des différences ont toutefois été relevées entre diverses catégories d’espèces, les mammifères et les poissons marins souffrant davantage que les autres espèces de la surexploitation et de la pollution.

Le ministère de l’Environnement de l’Alberta a commandé une étude des problèmes qui menacent la santé des écosystèmes aquatiques de la province ainsi que des programmes de surveillance et des indicateurs qui permettent d’assurer un suivi des facteurs de stress liés à ces problèmes (Stantec Consulting Ltd., 2005). Les indicateurs sont regroupés en fonction des types de menaces correspondant aux facteurs de stress et de préoccupations particulières; cependant, ils ne sont pas exclusifs et peuvent figurer dans plusieurs catégories. Ce système de classification est présenté à l’Annexe 6. Les grandes catégories de facteurs de stress retenues sont les suivantes : charge en contaminants, changements apportés au paysage ou perturbations de l'habitat, utilisation et répartition de l’eau, émissions atmosphériques et acidification, utilisation à des fins récréatives, espèces exotiques, infrastructure de transports, perturbations naturelles et changements climatiques.

Le Rapport sur l’état des Grands Lacs de 2007 (Environnement Canada et US Environmental Protection Agency, 2007) est le septième d’une série de rapports publiés par Environnement Canada et l’Environmental Protection Agency (EPA) des États-Unis (2007) conformément aux dispositions de l’Accord Canada–États-Unis relatif à la qualité de l’eau dans les Grands Lacs concernant le suivi régulier de la réalisation des buts et objectifs binationaux fixés par l’accord. La santé des écosystèmes est mesurée à l’aide d’un ensemble d’indicateurs regroupés en catégories qui reflètent soit les menaces, soit les aspects biophysiques des Grands Lacs (Annexe 4). Ces groupes sont hiérarchisés et échelonnables, mais ils ne sont pas exclusifs, les indicateurs (pas les menaces) pouvant figurer dans plusieurs des catégories suivantes : contamination, santé humaine, biocénoses, espèces envahissantes, zones côtières, habitats aquatiques, utilisation des ressources, utilisation des terres et couverture terrestre, et changements climatiques.

Haut de la page

Comparaison des systèmes de classification

On présente au Tableau 2 une comparaison des systèmes de classification des menaces examinés dans le présent document en fonction des critères décrits au Tableau 1 (page 1). Le système de l’IUCN(Salafsky et al., 2008; 2011) est le seul des systèmes de classification des menaces examinés qui a été élaboré dans le but de normaliser la nomenclature des menaces et de faciliter les comparaisons et la généralisation des données échelonnables d’un écosystème à l’autre. Ce système satisfait donc à la plupart des critères établis concernant la présentation des informations dans le RETE : le choix d’un langage clair et d’exemples concrets en assure la simplicité, et les définitions proposées favorisent l’utilisation cohérente de la nomenclature. Le système présente une classification hiérarchique des groupes de menaces apparentées, il permet l’intégration de nouvelles menaces (évolutif) et il peut s’adapter à diverses échelles géographiques (échelonnable). De tous les systèmes de classification examinés, le système de l’IUCNest le seul à utiliser des catégories exclusives, permettant une classification hiérarchique des divers types de menaces dans une seule catégorie.

Tableau 2. Comparaison des systèmes de classification des menaces.
Documents et projets ayant trait à la classification des menaces
(les lignes ombragées correspondent aux études qui mettent l’accent sur les enjeux et les espèces du Canada)
SimpleHiérarchiqueExhaustifÉvolutifExclusifÉchelonnable
Venter et al.(2006)Note*
Wilcove et al.(1998)Note*
Foin et al.(1998)
Lawler et al.(2002)Note**Note*
Dextrase et Mandrak (2006)
Chu et al. (2003; 2008)Note**
Yiming et Wilcove (2005)Note**Note*
Flather et al.(1998)Note**
Richter et al.(1997)Note**
IUCN (Salafsky et al., 2008; IUCN, 2011)Note*√?
Évaluation des écosystèmes pour le millénaire (2005)
Deuxième édition des Perspectives mondiales de la biodiversité (Secretariat de la Convention sur la diversité biologique, 2006)
Quatrième rapport des Perspectives de l’environnement mondial  (Programme des Nations Unies pour l'environnement, 2007)
Atlas du Canada – Cartes des menaces pour les écosystèmes  (Ressources naturelles Canada, 2004)
Institut national de recherche sur les eaux (Environnement Canada, 2001)
BC Ministry of Environment (BC Ministry of Environment, 2007)Note*
Alberta Environment (Stantec Consulting Ltd., 2005)Note*
État des Grands Lacs 2007 (Environnement Canada et US Environmental Protection Agency, 2007)Note*

Notes de tableau 2

Note *

Classification large, mais non exhaustive. Certaines des menaces qui pourraient être prises en compte dans un rapport sur la biodiversité canadienne comme le RETEsont passées sous silence.

Retournez à la note*

Note **

Utilisation d’un langage clair, mais absence de définitions et d’exemples.

Retournez à la note**

Haut de la page

Le système de classification de l’IUCNa été élaboré afin de caractériser les menaces communes qui pèsent sur la biodiversité à l’échelle mondiale. Une comparaison avec les systèmes et les documents de référence produits à partir de données sur les espèces canadiennes désignées par le COSEPAC(Chu et al., 2003; Kerr et Cihlar, 2004; Kerr et Deguise, 2004; Venter et al., 2006; Dextrase et Mandrak, 2006; Chu et al., 2008) conduit à conclure que le système de l’IUCNest plus complet que la plupart des systèmes de classification canadiens, notamment en ce qui a trait aux sous-catégories de menaces et aux définitions de la perte d’habitat.

On a relevé des différences entre les systèmes de classification en ce qui a trait à la caractérisation des menaces. Le système de l’IUCNcaractérise les menaces que posent les espèces exotiques en fonction du type d’espèce introduite et englobe en outre le matériel génétique (p. ex., cultures résistantes aux pesticides, organismes génétiquement modifiés) dans la catégorie des « espèces envahissantes et autres espèces et gènes préoccupants ». Par contre, Dextrase et Mandrak (2006) établissent une distinction entre les voies d’introduction (p. ex., introduction délibérée de poissons de sport ou de poissons fourrages, espèces échappées de l’aquaculture, rejets d’eau de ballast des navires).

Les interactions entre les espèces indigènes, y compris la concurrence, la prédation, la symbiose et les maladies, sont groupées sous une même catégorie de menaces par Venter et al. (2006). Richter (1997) ajoute les complications dues à la petite taille des populations (p. ex., consanguinité, fluctuation stochastique) et les modifications génétiques (p. ex., hybridation) aux interactions biotiques qui menacent les espèces. Selon Foin et al. (1998), les rapports coévolutionnaires obligatoires entre espèces qui dépendent l’une de l’autre constituent des menaces pour les espèces autres que celles figurant sur les listes d’espèces en péril. Wilcove et al.(1998) considèrent que les maladies constituent une menace pour la biodiversité, mais ne proposent pas de définition pour cette catégorie. Smith et al.(2006) rappellent que l’opinion selon laquelle les maladies compteraient parmi les catégories principales de menaces à la biodiversité relève plus de l’anecdote que de l’expérience et ajoutent que si les maladies infectieuses peuvent certes conduire à une réduction de la densité des populations, elles ne sauraient à elles seules entraîner la disparition des espèces. Le système de l’IUCNclasse ces interactions entre espèces indigènes dans la catégorie des espèces indigènes préoccupantes, reconnaissant ainsi que des « problèmes » peuvent se poser lorsque les interactions entre ces espèces sont déséquilibrées sous l’effet direct ou indirect des activités humaines.

Dans la classification de Venter et al. (2006), la menace de la surexploitation englobe les activités humaines volontaires (p. ex., récolte, persécution) et involontaires (p. ex., prises accessoires, collisions avec les voitures). Le système de l’IUCNignore les menaces posées par les activités involontaires et établit une distinction entre les activités de récolte dans la catégorie de l’utilisation des ressources biologiques. Il établit également une distinction entre les activités de consommation d’animaux et de végétaux terrestres, l’exploitation forestière et la pêche.

La classification de l’IUCNétablit une distinction entre les menaces posées par la pollution fondée sur les activités principales (p. ex., agriculture ou foresterie) génératrices de polluants et la voie (p. ex., effluents) par laquelle les mélanges de polluants parviennent aux écosystèmes. Venter et al. (2006) établissent eux aussi une distinction entre les activités polluantes : agriculture, urbanisation, extraction, infrastructures et perturbations anthropiques. Toutefois, ils ne font pas de distinction entre les types de milieux dans lesquels peuvent se trouver les polluants. Par contre, l’INRE (2001) et Stantec Consulting Ltd. (2005), regroupent les menaces de la pollution en fonction de la nature des polluants (p. ex., nutriants, polluants organiques, métaux, pesticides). Le rapport de 2007 sur l’état des Grands Lacs catégorise les menaces de la pollution en fonction des sources (p. ex., effluents d’eaux usées) et du milieu récepteur (p. ex., atmosphère, eau, sédiments et biotes), du type d’habitat (p. ex., lac, eau souterraine) et des effets sur la santé humaine (p. ex., marqueurs biologiques de l’exposition humaine et proportion des plages ayant fait l’objet de mises en garde). Le ministère de l’Environnement de la Colombie-Britannique (2007) a regroupé sommairement toutes les menaces pour la biodiversité liées à la pollution sans chercher à établir une distinction entre les divers types de polluants – chimiques, physiques (p. ex., turbidité et sédimentation), thermiques ou acoustiques – qui constituent cette catégorie.

C'est la classification de l'IUCNqui distingue le plus explicitement les menaces abiotiques pour la biodiversité, en classant à part les phénomènes géologiques (p. ex., éruptions volcaniques, tremblements de terre et phénomènes associés comme les tsunamis, les avalanches et les glissements de terrain), les changements climatiques et les phénomènes météorologiques violents (p. ex., le déplacement de l'habitat en raison du dégel de la toundra et de l'élévation du niveau de la mer, les sécheresses, les températures extrêmes, les tempêtes et les inondations). De nombreux rapports (Evaluation des Ecosystèmes pour le Millénaire, 2005; Secretariat de la Convention sur la diversité biologique, 2006; Programme des Nations Unies pour l'environnement, 2007) reconnaissent que les répercussions des changements climatiques accélérés représentent une menace pour la biodiversité, sans définir la gamme de répercussions associées aux menaces. Les catastrophes naturelles, les facteurs intrinsèques et les causes naturelles sont regroupés dans la catégorie des interactions entre les espèces indigènes, par Venter et al. (2006), quoique les interactions abiotiques en lien avec ces sous-catégories ne soient ni reconnues ni définies.

Haut de la page

Classification des menaces aux fins du RETE

Étant donné que l’intention du RETEest de satisfaire les intérêts du Conseil canadien des ministres des Ressources et de respecter, en partie, les obligations du Canada en vertu de la Convention de l'ONU sur la diversité biologique, la classification suivante des menaces est fondée sur l’analyse des listes du COSEPACfaite par Venter et al.(2006) et est, par ailleurs, élargie par la récente classification des menaces de l’IUCN. Les classifications des menaces et les études à l'appui qui expliquent ou illustrent les menaces ont également été incorporées.

La structure de la classification des menaces se compose de cinq grandes menaces anthropiques et d’une seule catégorie de menaces naturelles :

Modification de l'écosystème (perte d'écosystème et perturbation de l'écosystème)

  • Menaces issues d’activités humaines qui entraînent une réduction, une conversion, une fragmentation, une perturbation ou une autre modification de l'habitat ou des écosystèmes, avec perte consécutive possible de l'intégrité et de la fonction de l'écosystème.

Pollution

  • Menaces dues aux substances chimiques et aux mélanges de substances chimiques, aux charges sédimentaires et aux nutriants, à la pollution thermique, acoustique ou lumineuse, ou à toute autre forme de pollution qui contamine l'environnement.

Espèces envahissantes (et introduction d'espèces exotiques et de matériel génétique)

  • Menaces causées par des végétaux, des animaux, des agents pathogènes, des microbes ou du matériel génétique envahissants (exotiques ou indigènes).

Exploitation, harcèlement ou mortalité directe des espèces indigènes

  • Menaces consécutives à l’exploitation non rationnelle de ressources biologiques indigènes, y compris les répercussions d'une récolte intentionnelle ou non, des captures accessoires, des efforts de lutte contre certaines espèces et d’autres activités humaines qui entraînent la mortalité directe des individus et des populations.

Changements climatiques accélérés

  • Menaces dues aux changements climatiques, qui peuvent être liées au réchauffement de la planète, et à des phénomènes météorologiques violents dont l’ampleur dépasse la variation naturelle, et qui peuvent entraîner l'élimination d'une espèce ou d’un habitat vulnérable.

Causes naturelles

  • Menaces consécutives à tout facteur ou phénomène stochastique.

Les six catégories de menaces ne sont pas sous-divisées davantage, car, comme le laisse entendre la littérature scientifique, de très petites menaces ne s'excluent pas mutuellement. La modification de la biodiversité est presque toujours causée par plusieurs menaces qui interagissent et, à petite échelle, ces menaces sont liées par des facteurs de stress communs. La perte ou la réduction de l'habitat, la mortalité et les répercussions sur le développement ou la reproduction à l'échelon de l'espèce sont attribuables à des facteurs de stress synergétiques. Au Tableau 3, on présente une classification simplifiée des menaces pour les besoins du RETEillustrant les facteurs de stress. L’utilisation consensuelle de cette classification pour la préparation des produits du RETEpermettra de normaliser la nomenclature et de faciliter la comparaison des observations sur la biodiversité entre les écosystèmes ainsi que le regroupement à l’échelle nationale.

Tableau 3. Classification des menaces aux fins du RETE.
MenaceExemples de facteurs de stressRépercussions
Modification de l'écosystème
a) Perturbation de l’écosystème
 
 

 

 

 

 

 

 
b) Perte de l'écosystème
 Altération du substrat (p. ex., sols imperméables
 Perturbation du couvert végétal (p. ex., élimination ou modification de la végétation riveraine, réduction de l'abondance des forêts anciennes, exploitation forestière des rives, surpâturage, reboisement avec diverses essences après l'exploitation forestière, lutte contre les incendies, érosion, etc.)
 Fragmentation du paysage (p. ex., routes, profil sismique, infrastructure linéaire)
 Changement de l'hydrologie (p. ex., barrages, modification des canaux, prélèvements d’eau)
 Changement ou perte d'un composant de la structure, de la fonction, de l'intégrité ou de la composition de l'écosystème
 Conversion complète de l'écosystème (p. ex., drainage de milieux humides, modification permanente de la couverture terrestre, aménagement d'un réservoir, construction d'une infrastructure) Perte complète de la fonction ou de la structure de l'écosystème
Pollution Modification des charges en nutriants (p. ex., apports en azote et phosphore)
 Modification des charges sédimentaires
 Contamination par des pesticides (p. ex., mortalité des pollinisateurs, charge de sous-produits dans le biote)
 Sous-produits issus de l'exploitation d'une ressource non renouvelable (p. ex., bassin de décantation de résidus, lixiviat)
 Contamination de l'écosystème, des habitats et des espèces par les sous-produits industriels (p. ex., perturbateurs du système endocrinien, produits pharmaceutiques, produits d'hygiène personnelle)
 Précipitations acides
 Pollution de l'air (p. ex., ozone troposphérique, particules)
 Pollution lumineuse
 Pollution thermique
 Contamination des écosystèmes et du biote par des contaminants transportés sur de longues distances
 Mortalité, répercussions sur le développement ou la reproduction des individus, des populations ou des espèces

 Interruption de certains processus de l'écosystème ou modification de la structure de l'écosystème
Espèces envahissantesCompétition
Prédation
Hybridation
Introduction d'agents pathogènes
 Modification de l'écosystème
 Répercussions sur le développement ou la reproduction d'espèces ou de populations
 Changement ou perte de composants de la structure ou de la composition de l'écosystème
Exploitation, harcèlement ou mortalité directe d'espèces indigènes Mortalité réglementée (p. ex., récolte, chasse)
 Mortalité accidentelle (p. ex., capture accessoire, mortalité sur la route)
 Atteinte intentionnelle ou fortuite (p. ex. harcèlement, persécution)
 Maladie
 Dégradation de la compatibilité au milieu ou mortalité directe des individus qui peut entraîner une diminution de la taille et de la stabilité de la population
Changements climatiques Augmentation des phénomènes climatiques extrêmes (p. ex., tempêtes, pluies verglaçantes)
 Modification du cycle hydrologique (p. ex. faible débit des cours d'eau, fonte des glaciers, dégel du pergélisol, débit plus variable, modification du niveau des lacs)
 Changement de température (p. ex. modification des températures saisonnières)
 Modification des précipitations (p. ex., sécheresse, inondation)
 Modification du régime des glaces (p. ex., élévation du niveau de la mer)
 Modification de certains composants de la fonction, des processus, de la structure ou de la composition de l'écosystème
 Déplacement ou perte d'écosystèmes
Causes naturellesPhénomènes stochastiques (p. ex., phénomènes géologiques, incendie de forêt, infestation d'insectes) Changement de certains composants de la fonction, de la structure ou de la composition de l'écosystème
 Effondrement de la population

Haut de la page

Références

BC Ministry of Environment. 2007. Environmental trends for British Columbia: 2007. Environmental Trends. BC Ministry of Environment. Victoria, BC. 352 p.

Brown, R.M. et Laband, D.N. 2006. Species imperilment and spatial patterns of development in the United States. Conservation Biology 20:239-244.

Chu, C., Jones, N.E., Mandrak, N.E., Piggott, A.R. et Minn, C.K. 2008. The influence of air temperature, groundwater discharge and climate change on the thermal diversity of stream fishers in southern Ontario watersheds. Canadian Journal of Fisheries and Aquatic Sciences 65:297-308.

Chu, C., Minns, C.K. et Mandrak, N.E. 2003. Comparative regional assessment of factors impacting freshwater fish biodiversity in Canada. Canadian Journal of Fisheries and Aquatic Sciences 60:624-623.

Dextrase, A.J. et Mandrak, N.E. 2006. Impacts of alien invasive species on freshwater fauna at risk in Canada. Biological Invasions 8:13-24.

Environnement Canada. 2001. Menaces pour les sources d'eau potable et les écosystèmes aquatiques au Canada. Série de rapports d'évaluation scientifique de l'INRE no 1. Institut national de recherce sur les eaux. Burlington, ON. 87 p.

Environnement Canada et US Environmental Protection Agency. 2007. État des Grands Lacs 2007. Les gouvernments du Canada et des États-Unis des Amériques. 394 p.

Evaluation des Ecosystèmes pour le Millénaire. 2005. Ecosystems and human well-being; biodiversity synthesis. World Resources Institute. Washington, DC. 100 p.

Flather, C.H., Knowles, M.S. et Kendall, I.A. 1998. Threatened and endangered species geography - characteristics of hotspots in the conterminous United States. Bioscience 48:365-376.

Foin, T.C., Riley, S.P.D., Pawley, A.L., Ayres, D.R., Carlsen, T.M., Hodum, P.J. et Switzer, P.V. 1998. Improving recovery planning for threatened and endangered species. Bioscience 48:177-184.

IUCN. 2011. IUCN red list of threatened species (en anglais seulement). Threats classification scheme (Version 3.0). [en ligne]. International Union for Conservation of Nature and Natural Resources. (consulté le 12 Jan.2011).

Kerr, J.T. et Cihlar, J. 2004. Patterns and causes of species endangerment in Canada. Ecological Applications 14:743-753.

Kerr, J.T. et Deguise, I. 2004. Habitat loss and the limits to endangered species recovery. Ecology Letters 2004:1163-1169.

Lawler, J.J., Campbell, S.P., Guerry, A.D., Kolozsvary, M.B., O'Connor, R.J. et Seward, L.C.N. 2002. The scope and treatment of threats in endangered species recovery plans. Ecological Applications 12:663-667.

Light, T. et Marchetti, M.P. 2007. Distinguishing between invasions and habitat changes as drivers of diversity loss among California's freshwater fishes. Conservation Biology 21:434-446.

Programme des Nations Unies pour l'environnement. 2007. GEO-4, l'environnement pour le développement. Phoenix Design Aid. Randers, Danemark. xxxi + 540 p.

Ressources naturelles Canada. 2004. L'Atlas du Canada : Menaces pour les écosystèmes [en ligne]. Ressources naturelles Canada (consulté le 1 May 2011).

Ricciardi, A. et Rasmussen, J.B. 1999. Extinction rates of North American freshwater fauna. Conservation Biology 13:1220-1222.

Richter, B.D., Bruan, D.P., Mendelson, M.A. et Master, L.L. 1997. Threats to imperiled freshwater fauna. Conservation Biology 11:1081-1093.

Salafsky, N., Salzer, D., Stattersfield, A.J., Hilton-Taylor, C., Neugarten, R. et Butchart, S.H.M. 2008. A standard lexicon for biodiversity conservation: unified classifications of threats and actions. Conservation Biology 22:897-911.

Secretariat de la Convention sur la diversité biologique. 2006. Perspectives mondiales de la diversité biologique, deuxième édition. Convention sur la diversité biologique. Montréal, QC. viii + 83 p.

Smith, K.F., Sax, D.F. et Lafferty, K.D. 2006. Evidence for the role of infectious disease in species extinction and endangerment. Conservation Biology 20:1349-1357.

Stantec Consulting Ltd. 2005. Alberta environment - water for life - aquatic ecosystems; review of issues and monitoring techniques. Alberta Environment. Calgary, AB. 84 p.

Venter, O., Brodeur, N.N., Nemiroff, L., Belland, B., Dolinsek, I.J. et Grant, J.W.A. 2006. Threats to endangered species in Canada. Bioscience 56:903-910.

Wilcove, D.S., Rothstein, D., Dubow, J., Philips, A. et Losos, E. 1998. Quantifying threats to imperiled species in the United States -- assessing the relative importance of habitat destruction, alien species, pollution, overexploitation and disease. Bioscience 48:607-615.

Yiming, L. et Wilcove, D.S. 2005. Threats to vertebrate species in China and the United States. Bioscience 55:147-153.

Haut de la page

Annexes

Annexe 1. Terminologie utilisée pour classer et décrire les menaces à la biodiversité
TerminologieDéfinitionsSources
Menaces directes, sources de stress, pressions immédiatesActivités ou processus humains immédiats qui ont causé, causent ou pourraient causer la destruction, la dégradation ou la perturbation des cibles en matière de biodiversité et des processus naturels.(Salafsky et al., 2008)
(IUCN, 2011)
Menaces, éléments moteurs, causes premières indirectesFacteurs néfastes, y compris les facteurs sociaux, économiques, politiques, institutionnels ou culturels, qui contribuent à la manifestation ou à la persistance de menaces directes.(IUCN, 2011)
Éléments moteursTout facteur naturel ou anthropique qui cause directement ou indirectement un changement dans un écosystème.(Evaluation des Ecosystèmes pour le Millénaire, 2005)
(Secretariat de la Convention sur la diversité biologique, 2006)
Éléments moteurs, éléments moteurs indirects, éléments moteurs sous-jacents, forces motricesProcessus fondamentaux dans la société qui donnent lieu à des activités exerçant un impact direct sur l'environnement. Ces processus comprennent la démographie, les processus économiques, les découvertes scientifiques et les innovations technologiques, les mécanismes de répartition ainsi que les processus culturels, sociaux, politiques et institutionnels.(Programme des Nations Unies pour l'environnement, 2007)
Pressions, interventions humaines dans l'environnementActivités humaines qui peuvent viser un changement environnemental souhaité, ou sous-produits d'autres activités humaines. Les principales pressions comprennent les émissions de substances qui peuvent prendre la forme de pollution ou de déchets; des apports externes comme les engrais; les produits chimiques et l'irrigation; utilisation des terres; l'extraction des ressources; la modification des organismes et leur déplacement.(Programme des Nations Unies pour l'environnement, 2007)
Éléments moteurs directsFacteurs, surtout physiques, chimiques et biologiques, comme la modification de la couverture terrestre, les changements climatiques, la pollution de l’air et de l'eau, l'irrigation, l'emploi d’engrais, les récoltes et l’introduction d'espèces exotiques envahissantes. Un élément moteur direct influence sans équivoque les processus de l'écosystème et, par conséquent, peut être déterminé et mesuré avec divers degrés de précision.(Evaluation des Ecosystèmes pour le Millénaire, 2005)
(Secretariat de la Convention sur la diversité biologique, 2006)
Éléments moteurs indirectsFacteurs, surtout démographiques, économiques, sociopolitiques, scientifiques, technologiques, culturels et religieux, qui agissent de façon diffuse, souvent en modifiant un ou plusieurs éléments moteurs directs. L'influence des éléments moteurs indirects est établie par la compréhension de leur effet sur les éléments moteurs directs.(Evaluation des Ecosystèmes pour le Millénaire, 2005)
(Secretariat de la Convention sur la diversité biologique, 2006)
Facteurs de stressFacteurs physiques, chimiques ou biologiques qui correspondent à des activités ou à des phénomènes non naturels, ou encore naturels au système, mais appliqués de manière excessive ou déficiente, et qui se répercutent de façon néfaste sur l'écosystème par des modifications importantes d'éléments, de tendances et de processus écologiques des systèmes naturels (p. ex. prélèvements d'eau, utilisation de pesticides, exploitation forestière, acidification, modification de l’utilisation des terres).(BC Ministry of Environment, 2007)

Haut de la page

Annexe 2. Délimitation des grandes catégories de menaces à la biodiversité, par Venter et al., (2006)
Menace à grande échelleMenace à petite échelleDéfinition
Perte d'habitatRéduction ou dégradation de l'habitat requis
UrbanisationÉtablissements humains (ville, banlieue, agglomérations rurales) et édifices industriels ou commerciaux
AgricultureCultures, plantations de bois, plantations de produits forestiers autres que le bois, bétail (y compris élevage extensif) et aquaculture
Perturbation humaineLoisirs, tourisme, activités militaires, recherche, transport, circulation des véhicules et bateaux
ExtractionExploitation forestière, mines, pêche, eaux souterraines, produits pétroliers et gaziers, tarissement de l'aquifère
InfrastructureTransport, télécommunications, lignes électriques, barrages, bassins, déviation de cours d'eau, construction de canalisations
Espèces introduitesCompétition, prédation, hybridation, infection ou modification de l'habitat par l'espèce introduite
Compétiteurs
Prédateurs
Hybrideurs
Agents pathogènes
Effet sur l'habitat
SurexploitationRécolte ou persécution intentionnelle ou non
Récolte
Capture accessoire
Mortalité sur la route
Persécution
Collisions
PollutionPollution chimique, thermique ou acoustique, turbidité et sédimentation
Agriculture
Urbanisation
Extraction
Infrastructure
Perturbation humaine
Interactions entre les espèces indigènesToute augmentation ou diminution d'un compétiteur, prédateur, agent pathogène, proie ou symbiote indigène d'une espèce, ou d’autres organismes avec lesquels cette espèce interagit
Causes naturelles
Facteurs intrinsèques
Catastrophes naturelles
Causes naturellesTout phénomène stochastique (p. ex.,  tempête, sécheresse ou incendie) ou facteur inhérent à l'espèce (p. ex., dispersion limitée, niche écologique étroite)

Haut de la page

Annexe 3. Classifications des menaces directes de l’IUCN(Salafsky et al., 2008; IUCN, 2011)
RégionMenaces par 1erniveau de classification Footnote aaMenaces par 2eniveau de classificationMenaces par 3eniveau de classification
(exemples seulement)
Définition Footnote bb
1. Établissements résidentiels et commerciauxOui  Établissements humains ou types d’utilisation des terres autres que de nature agricole ayant une grande superficie au sol
1.1 habitations et zones urbaines Ouizones urbaines, banlieues, villages, résidences secondaires, autres commerciaux, bureaux, écoles, hôpitauxvilles, villages et agglomérations, y compris aménagements autres que pour le logement qui s'intègrent habituellement aux habitations
1.2 zones commerciales et industrielles Ouiusines de fabrication, centres commerciaux, parcs commerciaux, bases militaires, centrales électriques, trains et gares ferroviaires, aéroportsusines et autres centres commerciaux
1.3 tourisme et espaces récréatifs  stations de ski, terrains de golf, stations balnéaires, terrains de cricket, parcs provinciaux et fédéraux, terrains de campingsites touristiques et récréatifs ayant une grande superficie au sol
2. Agriculture et aquacultureOui  Menaces résultant de l'agriculture et de l'élevage, consécutives à l'expansion et à l'intensification agricoles, y compris la sylviculture, la mariculture et l'aquaculture
2.1 cultures annuelles et pluriannuelles de produits autres que le bois Ouifermes, parcelles de cultures itinérantes domestiques, plantations, vergers, vignes, systèmes d'utilisation mixte des terres agroforestièrescultures pour l'alimentation, le fourrage, les fibres, les carburants ou autres usages
2.2 plantations pour la production de bois et de pâte Ouiplantations de teck ou d'eucalyptus, sylviculture, sapins de Noëlpeuplements d'arbres plantés pour le bois ou la fibre en dehors des forêts naturelles, souvent composés d'essences non indigènes
2.3 élevage et élevage à grande échelle Ouiparc d'engraissement de bovins, fermes laitières, exploitations bovines, producteurs de poulets, troupeaux de chèvres, de chameaux ou de yackanimaux terrestres domestiques élevés à un endroit, nourris de produits de culture ou de produits d’ailleurs (exploitation agricole); également animaux domestiques ou semi-domestiqués laissés en liberté là où ils trouvent un habitat naturel (élevage à grande échelle)
2.4 aquaculture en mer et en eau douce Ouiaquaculture de crevettes ou de poissons, étangs à poisson sur des fermes, saumon d'élevage, bancs de mollusques ensemencés, bancs d'algues artificielsanimaux aquatiques élevés à un endroit, nourris de produits de culture ou de produits d’ailleurs; poissons d'écloserie libérés dans la nature
3. Production d'énergie et exploitation minièreOui  Menaces résultant de la production de ressources non biologiques
3.1 forages pétroliers et gaziers Ouipuits de pétrole, forage gazier en haute merprospection, développement et production de pétrole et d'autres hydrocarbures liquides
3.2 exploitation de mines et carrières Ouimines de charbon, exploitation d'alluvions aurifères, mines d'or, carrières, extraction du corail, exploitation minière en mer, récolte de guanoprospection et développement en vue de l'exploitation de ressources minérales et pierreuses
3.3 énergie renouvelable Ouiproduction d'énergie géothermique, centrales solaires, parcs éoliens (y compris impact des oiseaux avec des éoliennes), centrales marémotricesprospection et développement en vue de l'exploitation d'énergie renouvelable
4. Transport et corridors de serviceOui  Menaces consécutives aux longs corridors de transport étroits et aux véhicules qui y circulent, y compris la mortalité d'animaux sauvages qui y est associée
4.1 routes et voies ferrées Ouiautoroutes, routes secondaires, chemins forestiers, ponts et chaussées, animaux tués sur la route, clôtures associées aux routes, voies ferréestransport routier et voies réservées
4.2 lignes de services publics Ouifils d'électricité et de téléphone, aqueducs, oléoducs et gazoducs, électrocution d’animaux sauvagestransport de l'énergie et des ressources
4.3 transport par eau Ouidragage, canaux, routes de navigation, collision des navires avec baleines, sillages des navires de chargetransport sur et dans les cours d'eau intérieurs et en mer
4.4 trajectoires de vol Ouitrajectoires de vol, collision entre des jets et les oiseauxtransport par air et dans l'espace
5. Utilisation des ressources biologiquesOui  Menaces résultant de l'utilisation non rationnelle de ressources biologiques « sauvages », y compris les conséquences de récoltes délibérées et accidentelles; persécution ou élimination de certaines espèces
5.1 chasse et prélèvement d'animaux terrestres Ouichasse au gibier, trophées de chasse, piégeage d'animaux à fourrure, collection d'insectes, récolte de miel ou de nids d'oiseaux, élimination des prédateurs, lutte contre les animaux nuisibles, persécutionMortalité ou capture d’animaux sauvages terrestres, ou de produits animaux, pour un usage commercial, récréatif ou de subsistance, pour la recherche ou à des fins culturelles, ou pour des raisons de contrôle ou de persécution; comprend les mortalités accidentelles et les captures accessoires
5.2 cueillette de plantes terrestres Ouichampignons sauvages, fourrage pour l'alimentation des animaux à l'étable, orchidées, rotin, élimination de plantes hôtes pour la lutte contre les maladies des arbrescueillette de plantes, de champignons et d'autres produits autres que le bois et les animaux, à des fins commerciales, récréatives ou de subsistance, pour la recherche ou à des fins culturelles, ou pour des raisons de contrôle
5.3 exploitation forestière et récolte du bois Ouicoupe à blanc des feuillus, exploitation commerciale sélective de l'ostryer de Virginie, production de pâte, récolte de bois de chauffage, production de charbonrécolte d’arbres et d'autres végétaux ligneux pour l'exploitation du bois ou des fibres ou pour la production de carburant
5.4 pêche et récolte de ressources aquatiques Ouichalutage, pêche à l'explosif, pêche au harpon, récolte de mollusques et crustacés, chasse à la baleine, chasse au phoque, cueillette d'œufs de tortue, récolte de coraux vivants et récolte du varechrécolte d’animaux ou de plantes sauvages aquatiques, pour un usage commercial, récréatif ou de subsistance, pour la recherche ou à des fins culturelles, ou pour des raisons de contrôle ou de persécution; comprend les mortalités accidentelles et les captures accessoires
6. Intrusions et perturbations humainesOui  Menaces découlant des activités humaines qui changent, détruisent et perturbent les habitats et les espèces associées à des usages non excessifs de ressources biologiques
6.1 activités récréatives Ouivéhicules hors route, bateaux à moteur, motomarine, motoneiges, avions ultralégers, bateaux de plongeurs, bateaux d'observation des baleines, vélos tout terrain, excursionnistes, ornithologistes, skieurs, animaux de compagnie, terrains de camping temporaire, spéléologues, alpinistespersonnes qui séjournent dans la nature ou qui s’y promènent en véhicule en dehors des corridors de transport établis, généralement à des fins récréatives
6.2 guerre, troubles civils et exercices militaires Ouiconflit armé, champs de mines, chars d'assaut et autres véhicules militaires, entraînements et exercices de tir, défoliation, essais de munitionsinterventions de forces militaires ou paramilitaires qui ne couvrent pas de façon permanente une superficie
6.3 travaux et autres activités Ouiapplication de la loi, trafiquants de drogue, immigrants illégaux, recherche d'espèces, vandalismepersonnes qui séjournent ou se déplacent dans la nature pour d'autres raisons que les loisirs ou les activités militaires
7. Modifications du système naturelOui  Menaces résultant d'interventions qui transforment ou dégradent l'habitat dans le cadre de la « gestion » de systèmes naturels ou semi-naturels, souvent en vue d'améliorer le bien-être des êtres humains
7.1 incendies et lutte contre les incendies Ouilutte contre les incendies en vue de protéger les habitations, gestion inadéquate des incendies, incendies secondaires aux feux agricoles, incendies criminels, feux de camp, feux de chasselutte contre les incendies, ou augmentation de la fréquence ou de l'intensité des incendies supérieure à la fourchette naturelle de variation
7.2 barrages, gestion et utilisation de l'eau Ouiconstruction d'un barrage, exploitation d'un barrage, contrôle des sédiments, modification de la salinité, remplissage de milieux humides pour la lutte contre les moustiques, levées et digues, détournement des eaux de surface, pompage des eaux souterraines, canalisations, lacs artificielsmodification délibérée, ou secondaire à d'autres activités, de la circulation de l'eau par rapport aux variations naturelles
7.3 autres modifications de l'écosystème Ouiprojets de remise en état du terrain, abandon de terres gérées, enrochement des rives, fauchage de l'herbe, éclaircissement des arbres d'un parc, aménagement d'une plage, élimination des chicots d'un cours d'eauautres interventions qui transforment ou dégradent l'habitat dans le cadre de la « gestion » des systèmes naturels, en vue d'améliorer le bien-être des êtres humains
8. Espèces et gènes envahissants ou problématiquesOui  Menaces attribuables à des végétaux, des animaux, des agents pathogènes, des microbes ou du matériel génétique, indigènes et non indigènes, qui ont ou pourraient avoir une incidence néfaste sur la biodiversité après leur importation, leur introduction et leur multiplication.
8.1 espèces étrangères ou non indigènes envahissantes Ouibétail féral, animaux de compagnie, moule zébrée, maladie hollandaise de l'orme ou chancre du châtaignier, arbreMiconia calvescens, introduction d'espèces pour la lutte biologique, champignon Chytrid qui s'attaque aux amphibiens hors de l'Afriquevégétaux, animaux, agents pathogènes et autres microbes nuisibles qu'on ne trouve habituellement pas dans l'écosystème concerné et qui ont été directement ou indirectement introduits dans l'écosystème, et s'y sont propagés, en conséquence des activités humaines
8.2 espèces indigènes problématiques Ouisurabondance du cerf indigène, surabondance d’algues en raison de la perte des poissons brouteurs indigènes, hybridation de végétaux indigènes avec d'autres végétaux, peste des rongeursvégétaux, animaux ou agents pathogènes et autres microbes nuisibles que l'on trouve habituellement dans l'écosystème concerné, mais qui ont atteint un nombre « en rupture d’équilibre » ou qui sont « diffusés » directement ou indirectement en conséquence des activités humaines
8.3 introduction de matériel génétique Ouicultures résistantes aux pesticides, saumon d'élevage, projets de rétablissement par l'ensemencement de souches non locales, insectes génétiquement modifiés pour la lutte biologique, arbres génétiquement modifiés, saumon génétiquement modifiégènes ou organismes transportés ou transformés par l'être humain
9. PollutionOui  Menaces dues à l'apport de matières ou d'énergies exotiques ou en excès, à partir de sources ponctuelles et non ponctuelles
9.1 eaux usées domestiques et urbaines Ouirejet des usines de traitement des eaux usées municipales, fuites des fosses septiques, eaux d'égout non traitées, latrines, huile ou sédiments des routes, engrais et pesticides des gazons et des terrains de golf, sel de voirieeaux usées, eaux de ruissellement de sources non ponctuelles provenant des habitations et des zones urbaines, et qui contiennent des nutriants, des substances chimiques toxiques ou des sédiments
9.2 effluents industriels et militaires Ouisubstances chimiques toxiques d'usines, élimination illégale de substances chimiques, résidus des mines, arsenic des mines d'or, fuites des réservoirs à essence, BPC dans les sédiments de rivièrepolluants aquatiques de sources industrielles et militaires, y compris l’industrie des mines, la production d'énergie, et les industries d'extraction d'autres ressources qui contiennent des nutriants, des substances chimiques toxiques ou des sédiments
9.3 effluents agricoles et forestiers Ouicharge en nutriants de l’écoulement de surface d’engrais, écoulement de surface des herbicides, fumier des parcs d'engraissement, nutriants issus de l'aquaculture, érosion des solspolluants aquatiques d'origine agricole et sylvicole et en provenance des systèmes d'aquaculture, qui comprennent des nutriants, des substances chimiques toxiques ou des sédiments, y compris les effets de ces polluants sur l'emplacement où on les a appliqués
9.4 détritus et déchets solides Ouidéchets municipaux, déchets des voitures, épaves flottantes et jet des embarcations de plaisance, ordures qui entravent la faune, débris de constructionrebuts et autres matières solides, y compris celles qui entravent les animaux sauvages
9.5 polluants atmosphériques Ouipluies acides, brouillard consécutif aux émissions des véhicules, dépôt excessif d'azote, retombées radioactives, dispersion de polluants ou de sédiments par le vent, fumée des incendies de forêt ou des poêles à boispolluants atmosphériques de sources ponctuelles et non ponctuelles
9.6 énergie excessive Ouibruit des autoroutes ou des avions, sonars des sous-marins qui perturbent les baleines, eau chaude des centrales électriques, lampes qui attirent les insectes, éclairage des plages qui désorientent les tortues, rayonnement atmosphérique des trous d'ozonechaleur, son ou lumière qui perturbe la faune ou les écosystèmes
10. Phénomènes géologiquesOui  Menaces résultant de phénomènes géologiques catastrophiques manifestations volcaniques
10.1 volcans Ouiéruptions, émissions de gaz volcaniquesévénements volcaniques
10.2 tremblements de terre et tsunamis Ouitremblements de terre, tsunamistremblements de terre et phénomènes associés
10.3 avalanches et glissements de terrain Ouiavalanches, glissements de terrain, coulées de boueavalanches ou glissements de terrain
11. Changements climatiques et phénomènes météorologiques violentsOui  Changements climatiques à long terme qui peuvent être liés au réchauffement de la planète et autres phénomènes météorologiques ou climatiques violents dont l’ampleur dépasse la variation naturelle, au point d’entraîner la disparition d'une espèce ou d’un habitat vulnérable
11.1 déplacement et changement de l'habitat Ouiélévation du niveau de la mer, désertification, dégel de la toundra, blanchissement coralliengrands changements dans la composition et l'emplacement de l'habitat
11.2 sécheresses Ouigrave pénurie d'eau, perte des sources d'eau de surfacepériodes pendant lesquelles les précipitations de pluie diminuent en deçà de la fourchette de variation naturelle
11.3 températures extrêmes Ouivagues de chaleur, vagues de froid, changement de la température des océans, fonte de la glace marine des glacierspériodes pendant lesquelles les températures augmentent ou diminuent au-delà de la fourchette de variation naturelle
11.4 tempêtes et inondations Ouiorages, tempêtes tropicales, ouragans, cyclones, tornades, grêle, tempête de verglas ou blizzards, tempêtes de poussière, érosion des plages durant les tempêtesprécipitations ou vents extrêmes, ou importantes variations dans le temps des tempêtes saisonnières

Footnotes

Footnote a

La classification comprend trois niveaux de menaces directes, analogues aux familles, genres et espèces de la classification linnéenne. Le 1er niveau est indiqué par un chiffre entier et un texte en gras (1. Développement résidentiel et commercial). Le 2e niveau est indiqué par un chiffre à une décimale et un texte ordinaire (1.2 zones commerciales et industrielles). Le 3e niveau est indiqué par un texte en italique (usines de fabrication). Les classifications sont conçues pour être exhaustives, uniformes et exclusives pour les 1er et 2e niveaux. Pour sa part, le 3e niveau ne comprend pour l’instant que quelques exemples à titre d'illustration, plutôt qu'une liste complète des menaces à ce niveau 

Return to footnote a

Footnote b

Seules les classifications de menaces des 1er et 2e niveaux comportent des définitions.

Return to footnote b

Haut de la page

Annexe 4. Catégories et indicateurs utilisés dans le Rapport sur l’état des Grands Lacs de 2007 (Environnement Canada et US Environmental Protection Agency, 2007)
CatégorieSous-catégorieNom de l'indicateur
ContaminationNutriants
  • Concentrations et charges de phosphore
  • Taux de phosphore et d'azote (milieux humides côtiers)
  • Plans de gestion des nutriants
ContaminationSubstances toxiques dans le biote
  • Contaminants dans les queues à tache noire juvéniles
  • Contaminants dans les oiseaux nicheurs coloniaux aquatiques
  • Contaminants dans les tissus de poissons entiers
  • Indice de fréquence d'anomalies externes chez les poissons du littoral
  • Marqueurs biologiques de l'exposition humaine à des substances chimiques persistantes
  • Contaminants dans le poisson de sport
  • Contaminants dans les œufs de chélydres serpentines
  • Contaminants qui touchent la productivité du pygargue à tête blanche
  • Population de loutres d'Amérique et contaminants qui touchent la loutre d'Amérique
ContaminationSubstances toxiques dans le milieu
  •  Dépôt atmosphérique de substances chimiques toxiques
  • Concentrations de substances chimiques toxiques dans les eaux du large
  • Concentrations de contaminants dans les carottes de sédiments
  • Qualité de l'eau potable
  • Qualité de l'air
  • Pluie acide
ContaminationSources et charges
  •  Dépôt atmosphérique de substances chimiques toxiques
  • Qualité de l'air
  • Traitement des eaux usées et pollution
  • Pluie acide
BiocénosePoisson
  • Saumon et truite
  • Doré jaune
  • Population de poissons-proies
  • Truite grise
  • État de l'esturgeon jaune dans les Grands Lacs
  • Santé des communautés de poissons des milieux humides côtiers
BiocénoseOiseaux
  • Contaminants dans les oiseaux nicheurs coloniaux aquatiques
  • Diversité et abondance des oiseaux qui dépendent des milieux humides
  • Contaminants qui touchent la productivité du pygargue à tête blanche
  • Diversité et abondance des oiseaux nicheurs
BiocénoseMammifères
  • Populations de loutres d'Amérique et contaminants qui touchent la loutre d'Amérique
BiocénoseAmphibiens
  • Diversité et abondance des amphibiens des milieux humides côtiers
  • Communautés animales et végétales dépendantes des eaux souterraines
BiocénoseInvertébrés
  • Moules d'eau douce indigènes
  • Abondance et diversité du benthos -- communautés d'oligochètes aquatiques
  • Populations de zooplancton
  • Hexagenia
  • Abondance de l’amphipode benthique Diporeiaspp.
  • Santé des communautés d'invertébrés des milieux humides côtiers
BiocénosePlantes
  •  Populations de phytoplancton
  • Santé des communautés de végétaux des milieux humides côtiers
  • Santé des communautés de végétaux terrestres
  • Terres forestières -- préservation de la diversité biologique
BiocénoseGénéralités
  • Fragmentation de l'habitat
  • Diversité et stabilité des espèces à proximité du littoral
  • Espèces menacées
  • État et protection d'espèces et de lieux particuliers
Espèces envahissantesAquatiques
  •  Grande lamproie marine
  • Espèces non indigènes aquatiques
Espèces envahissantesTerrestres
  •  Espèces non indigènes terrestres
Zones côtièresAquatiques du littoral
  • Habitat du poisson
  • Taux de phosphore et d'azote (milieux humides côtiers)
  • Effets des fluctuations du niveau d'eau
  • Mesures de l’impact des activités humaines (milieux humides côtiers)
  • Étendue de durcissement du rivage
  • Sédiments à la disposition des espèces côtières pour l’alimentation
  • Structures côtières artificielles
Zones côtièresMilieux humides côtiers
  • Santé des communautés d'invertébrés des milieux humides côtiers
  • Santé des communautés de poissons des milieux humides côtiers
  • Diversité et abondance des amphibiens des milieux humides côtiers
  • Contaminants dans les œufs de chélydres serpentines
  • Diversité et abondance des oiseaux qui dépendent des milieux humides
  • Superficie de milieux humides côtiers par type
  • Superficie de milieux humides côtiers remis en état par type
  • Apport de sédiments dans les milieux humides côtiers
  • Taux de phosphore et d'azote
  • Effets des fluctuations du niveau d'eau
  • Santé des communautés de végétaux des milieux humides côtiers
  • Couverture terrestre adjacente aux milieux humides côtiers
  • Mesures de l'impact des activités humaines
  • Sédiments à la disposition des espèces côtières pour l’alimentation
Zones côtièresTerrestres
  • Effets des fluctuations du niveau d'eau
  • Mesures de l’impact des activités humaines (terres côtières)
  • Superficie, qualité et protection des communautés particulières des bords de lac -- alvars
  • Superficie, qualité et protection des communautés particulières des bords de lac -- îles
  • Superficie, qualité et protection des communautés particulières des bords de lac -- plages de galets
  • Superficie, qualité et protection des communautés particulières des bords de lac -- dunes de sable
  • Étendue de durcissement du rivage
  • Utilisation des sols près du rivage
  • Étendue et qualité de la couverture terrestre naturelle près du rivage
  • Diversité et stabilité des espèces près du rivage
  • Sédiments à la disposition des espèces côtières pour l’alimentation
  • Zones protégées à proximité du rivage
Habitats aquatiquesLac ouvert
  •  Habitat du poisson
  • Concentrations et charges de phosphore
  • Concentrations de substances chimiques toxiques dans les eaux du large
  • Concentrations de contaminants dans les carottes de sédiments
  • Étendue de durcissement du rivage
  • Sédiments à la disposition des espèces côtières pour l’alimentation
  • Structures côtières artificielles
Habitats aquatiquesEaux souterraines
  • Qualité des eaux souterraines naturelles et modifications anthropiques
  • Eaux souterraines et terrains : utilisation et intensité
  • Débit de base attribuable à l’écoulement des eaux souterraines
  • Communautés d’animaux et de végétaux dépendants des eaux souterraines.
Santé humaine
  • Qualité de l'eau potable
  • Marqueurs biologiques de l'exposition humaine à des substances chimiques persistantes
  • Tendances et scénarios géographiques dans l'incidence des maladies
  • Avertissements, affichage, et fermetures des plages
  • Contaminants dans le poisson de sport
  • Qualité de l'air
Utilisation des terres et couverture terrestreGénéralités
  • Couverture terrestre adjacente aux milieux humides côtiers
  • Couverture terrestre et changement de l'occupation des sols
  • Eaux souterraines et terrains : utilisation et intensité
  • Fragmentation de l'habitat
  • Utilisation des terres à proximité du rivage
  • Étendue et qualité des couvertures terrestres naturelles à proximité du rivage
Utilisation des terres et couverture terrestreTerres forestières
  • Préservation de la diversité biologique des terres forestières
  • Maintien et capacité productive des écosystèmes forestiers
  • Maintien de la santé de l'écosystème forestier
  • Préservation et maintien des ressources en sol et en eau des terres forestières
Utilisation des terres et couverture terrestreTerres agricoles
  • Pratiques agricoles durables
  • Plans de gestion des nutriants
  • Lutte intégrée des espèces nuisibles
Utilisation des terres et couverture terrestreTerres urbaines et suburbaines
  • Densité urbaine
  • Réaménagement des friches industrielles
  • Durcissement de la surface du sol
Utilisation des terres et couverture terrestreZones protégées
  • Superficie, qualité et protection des communautés particulières des bords de lac -- alvars
  • Superficie, qualité et protection des communautés particulières des bords de lac -- îles
  • Superficie, qualité et protection des communautés particulières des bords de lac -- plages de galets
  • Superficie, qualité et protection des communautés particulières des bords de lac -- dunes de sable
  • Zones protégées près du rivage
  • État et protection d'espèces et de lieux particuliers
Utilisation des ressources
  • Mesures d’efficacité écologique commerciale et industrielle
  • Recyclage des eaux pluviales domestiques
  • Prospérité économique
  • Retraits des eaux
  • Consommation énergétique
  • Élimination de déchets solides
  • Utilisation de véhicules
  • Traitement des eaux usées et pollution
Changements climatiques
  • Durée des glaces sur les Grands Lacs
  • Effets sur les unités thermiques de croissance des cultures

Haut de la page

Annexe 5. Catégories et indicateurs utilisés pour la production de rapports sur les tendances environnementales en Colombie-Britannique en 2007 (BC Ministry of Environment, 2007)
CatégorieNom de l'indicateur
Population et activité économique
  • Taux de changement des utilisations des terres retenues dans le Grand Vancouver, de 1986 à 2002
  • Modifications des superficies de la réserve de terres agricoles en C.-B. depuis 1974
  • Taux de traitement des eaux usées municipales en C.-B.
  • Tendances en matière de fermetures de pêche aux mollusques et crustacés en raison de la contamination par les eaux usées
  • Déchets solides municipaux éliminés et recyclés par personne dans les districts régionaux de C.-B.
  • Tendances en matière de réacheminement des déchets par voie de programmes d’intendance de produits dirigés par l'industrie
  • Intensité d'utilisation des énergies conventionnelles dans les activités économiques en C.-B.
  • Tendances en matière d’intensité des émissions des gaz à effet de serre en C.-B.
Qualité de l'air
  • Pourcentage de collectivités qui font l'objet d'un suivi et qui respectent la norme pancanadienne pour les particules (PM 2,5) en C.-B.
  • Pourcentage de collectivités qui font l'objet d'un suivi en C.-B. et qui respectent la norme pancanadienne pour l'ozone troposphérique
Qualité de l'eau
  • Indice de la qualité des eaux pour les plans d'eau de surface en C.-B., en 2002-2004
  • Tendances de la qualité de l'eau de surface en C.-B.
  • Pourcentage des puits d'observation qui révèlent une diminution des niveaux d'eau surtout attribuable à l'activité humaine
  • Nombre d'aquifères fortement mis en valeur en C.-B.
  • Utilisation quotidienne d'eau municipale par personne en C.-B.
Changements climatiques
  • Tendances à long terme de la température de l'air en C.-B.
  • Température de la surface de la mer près des côtes
  • Changements dans les précipitations en C.-B.
  • Changements dans les manteaux neigeux de printemps en C.-B.
  • Niveau moyen de la mer
  • Tendances des émissions de gaz à effet de serre en C.-B.
  • Tendances en matière d’utilisation des carburants fossiles dans le secteur du transport en C.-B.
Contaminants
  • Quantité totale de rejets sur place de substances toxiques en C.-B., de 2002 à 2005
  • Tendances des taux de dioxine et de furanne dans les sédiments et les effluents des usines de pâtes et papier, et dans les tissus du crabe dormeur
  • Nettoyage de sites contaminés en C.-B.
  • Tendances à long terme des polluants organiques persistants dans les œufs d’oiseaux en C.-B. (Grand Héron, Cormoran, Balbuzard pêcheur)
  • Polluants organiques persistants dans les tissus des mammifères marins côtiers de la Colombie-Britannique
  • Tendances de l'emploi des pesticides par les professionnels de l'aménagement paysager dans les basses terres continentales de la C.-B. 
  • État des habitats des prairies de l'intérieur méridional de la C.-B.
Écosystèmes
  • Superficie de terres herbagères protégées en C.-B.
  • État des forêts de la C.-B.
  • Tendance du nombre de franchissements routiers de cours d'eau en C.-B., de 2000 à 2005
  • Tenures économiques et de conservation dans les zones intertidales des estuaires de la C.-B.
  • Aires protégées en C.-B.
  • Proportion de terres intactes sur le plan écologique dans les aires protégées de la C.-B.
  • Modifications de la densité routière et de la longueur des routes en C.-B.
Conservation des espèces
  • Changements dans l'état de conservation de la faune et de la flore en C.-B.
  • Pourcentage d'espèces et de communautés écologiques connues sur la liste rouge de la C.-B.
  • Menaces pour les espèces en péril en C.-B.
  • État d'avancement de l'application des stratégies de rétablissement pour les espèces en péril en C.-B.
  • Nombre d'espèces exotiques par groupe en C.-B.

Haut de la page

Annexe 6. Étude des problèmes et des indicateurs, préparée pour le ministère de l’Environnement de l’Alberta (Stantec Consulting Ltd., 2005)
Facteur de stressPréoccupations particulièresIndicateurs et techniques de repérage et de quantification des répercussions sur la santé de l'écosystème aquatique
Charge en contaminantsAgents pathogènes
  • Identification des agents pathogènes dans l'eau et chez les humains touchés (comme giardiase, botulisme)(RCQE)
  • Identification des agents pathogènes dans l'eau et chez les oiseaux d'eau (à partir du taux de mortalité dans les milieux humides) (botulisme)
  • Identification des agents pathogènes dans l'eau et chez les amphibiens (à partir du taux de mortalité) (maladies virales et fongiques)
Charge en contaminantsPolluants organiques/substances réduisant la teneur en oxygène
  • Surveillance de la qualité de l'eau au chapitre des matières organiques (RCQE/ASWQG)
  • Surveillance de l'oxygène dissous (RCQE/ASWQG)
Charge en contaminantsNutriants
  • Surveillance de la qualité de l'eau au chapitre des nutriants (équilibre des N, P, COD, ions)
  • Afflux de matières organiques (concentration de particules organiques)
  • Surveillance de l'oxygène dissous (RCQE/ASWQG)
  • Proliférations d'algues dans les lacs (chlorophylle a du phytoplancton)
  • Proliférations d'algues dans les lacs (détermination du phytoplancton pour les espèces toxiques ou surveillance des toxines des cyanobactéries)
  • Algues périphytiques dans les cours d'eau (chlorophylle a et poids sec sans cendre)
  • Macrophytes (% de couverture)
  • Surveillance du zooplancton dans les lacs (biomasse, composition, abondance et prédominance)
  • Surveillance des macroinvertébrés benthiques (abondance, richesse, groupes tolérants ou intolérants, structure trophique, diversité, régularité et indices de Bray-Curtis)
  • Poisson (coefficient de condition, poids selon l'âge)
Charge en contaminantsSédiments
  • Surveillance de la qualité de l'eau pour les sédiments en suspension (turbidité, profondeur d'après le disque de Secchi)
  • Surveillance de la qualité des sédiments au chapitre des contaminants, comme les métaux, qui se lient aux sédiments (RCQS)
  • Dépôt de sédiments (taille des particules, taux d'accumulation)
  • Évaluation de l'habitat physique (profondeur des bassins)
     Surveillance du zooplancton dans les lacs (biomasse, composition, abondance et prédominance)
  • Surveillance des macroinvertébrés benthiques (abondance, richesse, groupes tolérants ou intolérants, structure trophique, diversité, régularité et indices de Bray-Curtis)
Charge en contaminantsPesticides (y compris insecticides, herbicides et fongicides) (toxicité aiguë ou chronique, perturbation du système endocrinien)
  • Surveillance de la qualité de l'eau au chapitre des pesticides (RCQE)
  • Surveillance de la qualité des sédiments au chapitre des pesticides (RCQS)
  • Surveillance de la perte de végétation aquatique due aux herbicides (% de couverture)
  • Essais de toxicité chronique
  • Macroinvertébrés benthiques (abondance, richesse, groupes tolérants ou intolérants, structure trophique, diversité, régularité et indices de Bray-Curtis)
  • Poisson au chapitre de la perturbation du système endocrinien.
Charge en contaminantsMétaux (toxicité aiguë et chronique, bioaccumulation)
  • Surveillance de la qualité de l'eau au chapitre des métaux (RCQE/ASWQG)
  • Surveillance de la qualité des sédiments au chapitre des métaux (RCQS)
  • Essais de toxicité aiguë et chronique
  • Surveillance des tissus de poisson au chapitre des métaux (bioaccumulation)
Charge en contaminantsHydrocarbures pétroliers
  • Surveillance de la qualité de l'eau au chapitre des hydrocarbures (RCQE)
Charge en contaminantsPerturbateurs du système endocrinien
  • Surveillance de la présence de perturbateurs du système endocrinien
  • Essais biologiques en laboratoire pour détecter des perturbateurs du système endocrinien
  • Surveillance d'anomalies de croissance, de développement et de reproduction du poisson (malformations, arrêt de croissance, diminution de poids des gonades, dépression des fonctions thyroïdiennes et immunitaires, proportion des sexes)
Charge en contaminantsProduits de préservation du bois
  • Surveillance de la qualité de l'eau au chapitre des produits de préservation du bois (RCQE)
Charge en contaminantsProduits pharmaceutiques et d'hygiène personnelle
  • Surveillance de la qualité de l'eau au chapitre des produits pharmaceutiques et d'hygiène personnelle
  • Surveillance de la qualité des sédiments au chapitre des produits pharmaceutiques et d'hygiène personnelle
Charge en contaminantsIgnifugeants bromés
  • Surveillance de la qualité de l'eau au chapitre des ignifugeants bromés
  • Surveillance de la qualité des sédiments au chapitre des ignifugeants bromés
  • Surveillance de la qualité de l'air au chapitre des ignifugeants bromés
Charge en contaminantsBiosolides et boues d'épuration
  • Surveillance de la qualité de l'eau au chapitre des contaminants associés aux biosolides et aux boues d'épuration dans les eaux de surface à proximité (nutriants, métaux, contaminants organiques volatils)
  • Surveillance des contaminants (nutriants, métaux et contaminants organiques volatils) dans les biosolides et les boues d'épuration 
Changements au paysage et perturbations de l'habitatConstruction de barrages et autres ouvrages de retenue 
  • Évaluation hydrologique (effets sur le débit)
  • Évaluation de l'habitat physique (fragmentation de l'habitat, changements de débit, assèchement, inondation de secteurs)
  • Évaluation des restrictions du passage ou des migrations du poisson
  • Surveillance de la qualité de l'eau (nutriants, métaux, température, oxygène dissous)
Changements au paysage et perturbations de l'habitatPerturbation de l'habitat riverain
  • Surveillance de l'habitat riverain (composition des espèces végétales, structure en terme de couverture terrestre, arbustes et étage dominant, largeur de la zone riveraine, proportion des espèces de mauvaises herbes indigènes, étendue de la clairière riveraine)
  • Évaluation de l'habitat physique des plans d'eau consécutive à l'élimination de la végétation en bordure des cours d'eau (stabilité des rives, % de perte d'ombre, sédimentation)
Changements au paysage et perturbations de l'habitatChangement ou perte d'habitat des plans d'eau
  • Évaluation de l'habitat physique (vitesse, profondeur, types morphologiques, stabilité des rives, % refuges en cours d'eau, substrat)
Changements au paysage et perturbations de l'habitatAssèchement des milieux humides
  • Perte ou fragmentation de la superficie de milieux humides (% de perte de milieu humide)
  • Perte d'habitat d'espèces en péril (% de diminution des oiseaux d'eau, des amphibiens)
Changements au paysage et perturbations de l'habitatPerturbation du régime hydrologique
  • Évaluation des besoins en débit du cours d’eau
  • Évaluation de l'habitat physique (perte de zone humide, élargissement de canal, débit)
Changements au paysage et perturbations de l'habitatÉlimination de la végétation (agriculture, exploitation forestière, bandes défrichées)
  • % de couverture et de fragmentation de la végétation
  • Dépôts de sédiments dans les plans d'eau, consécutifs à l'érosion (taille des particules)
Changements au paysage et perturbations de l'habitatModifications des processus chimiques et physiques
  • Surveillance de la qualité de l'eau
Changements au paysage et perturbations de l'habitatIntensification de l'urbanisation des bassins hydrographiques
  • Surveillance de la qualité de l'eau (divers contaminants)
  • Évaluation de l'habitat physique (sédimentation, perte de milieux humides)
  • Utilisation des terres (type et étendue d’utilisations)
Utilisation et répartition de l'eauCroissance de la population -- Augmentation de la consommation (urbaine et agricole)
  • Évaluation des besoins en débit du cours d’eau
  • Surveillance de la qualité de l'eau, de l’habitat riverain et des poissons, si les besoins en débit du cours d'eau ne sont pas comblés
  • Surveillance des niveaux de rejets
Utilisation et répartition de l'eauCroissance de la population -- Augmentation du ruissellement des eaux pluviales
  • Surveillance de la qualité de l'eau (divers contaminants)
Utilisation et répartition de l'eauModification du régime de débit (prélèvements)
  • Évaluation des besoins en débit du cours d’eau
  • Surveillance de la qualité de l'eau, de l’habitat riverain et des poissons, si les besoins en débit du cours d'eau ne sont pas comblés
  • Surveillance des taux d'évacuation
Émissions atmosphériques et acidificationPollution atmosphérique industrielle (poussière et contaminants)
  • Surveillance de la qualité de l'air (dioxyde de carbone, monoxyde de carbone, oxydes d'azote, ammoniac, méthane)
Émissions atmosphériques et acidificationApports acides et pluie acide
  • Chimie de l'eau (pHet alcalinité des lacs et des étangs)
  • Précipitations (pluie acide)
  • Zooplancton dans les lacs (biomasse, composition, abondance et dominance)
  • Surveillance des systèmes aquatiques sensibles, en particulier s'il y a un risque de dépasser les seuils limites des émissions acides
Émissions atmosphériques et acidificationÉmissions des véhicules (gaz à effet de serre)
  • Surveillance de la qualité de l'air (dioxyde de carbone, méthane)
Émissions atmosphériques et acidificationDépôt atmosphérique de contaminants
  • Surveillance des contaminants dans les dépôts atmosphériques humides et secs
Utilisation à des fins récréativesActivités aquatiques (baignade, embarcations de plaisance, ski nautique, camping)
  • Surveillance de la qualité de l'eau (agents pathogènes, nutriants, hydrocarbures)
Utilisation à des fins récréativesModifications de l'habitat (modifications de la plage, marinas, quais, jetées)
  •  Évaluation de l'habitat physique (substrat, érosion des rives)
Utilisation à des fins récréativesPression de la pêche
  • Enquêtes par interrogation du pêcheur
  • Levés des populations de poisson
  • Structure génétique des populations au moyen de l'ADN(détermination de la variabilité génétique en vue de protéger les espèces menacées)
Utilisation à des fins récréativesGestion de l'accès
  • Surveillance de la densité routière (longueur des routes et des sentiers)
  • Surveillance de l'utilisation des routes et sentiers (nombre de véhicules)
Espèces exotiquesIntroduction d'espèces exotiques
  • Présence ou absence d’espèces exotiques
  • Ratio des espèces exotiques et des espèces naturelles
Infrastructure de transportsConstruction d'infrastructures (routes, ponts, caniveaux)
  • Évaluation de l'habitat physique (sédimentation, habitat des poissons, frayères)
  • Levés relatifs à la présence ou l'absence de poissons
Infrastructure de transportsPerte de milieux humides
  • Perte ou fragmentation de superficies des milieux humides (% des milieux humides)
  • Espèces qui risquent de perdre leur habitat (% de diminution d'oiseaux d'eau, d'amphibiens)
Infrastructure de transportsSalinité (sel de voirie)
  • Surveillance de la qualité de l'eau au chapitre de la salinité
Perturbations naturellesSécheresse
  • Surveillance des précipitations, de la température et des débits
  • Surveillance des macroinvertébrés benthiques (abondance, richesse, groupes tolérants ou intolérants, structure trophique, diversité, régularité et indices de Bray-Curtis)
  • Évaluation de l'habitat riverain
  • Certains aspects de la qualité de l'eau (oxygène dissous, température, conductivité, nutriants)
Perturbations naturellesInondation
  • Surveillance des précipitations et surveillance des débits
  • Surveillance des macroinvertébrés benthiques (abondance, richesse, groupes tolérants ou intolérants, structure trophique, diversité, régularité et indices de Bray-Curtis)
  • Évaluation de l'habitat riverain
  • Certains aspects de la qualité de l'eau (oxygène dissous, température, conductivité, nutriants)
Perturbations naturellesIncendies de forêt
  • Surveillance de la température et des précipitations
  • Surveillance des intempéries (éclairs)
  • Surveillance des macroinvertébrés benthiques (abondance, richesse, groupes tolérants ou intolérants, structure trophique, diversité, régularité et indices de Bray-Curtis)
  • Certains aspects de la qualité de l'eau (matières en suspension, nutriants)
Changements climatiquesÉcoulement fluvial et niveau des lacs
  • Étude des besoins en débit des cours d'eau
  • Surveillance du niveau des lacs
  • Zooplancton dans les lacs (biomasse, composition, abondance et prédominance)
Changements climatiquesPhénomènes climatiques extrêmes
  • Surveillance de l'ampleur et de la durée des phénomènes climatiques extrêmes (pluies abondantes causant des inondations, temps sec entraînant une sécheresse)
Changements climatiquesModifications des processus chimiques et physiques (température, précipitations, gaz à effet de serre)
  • Phénologie des glaces (durée de la couverture de glace des lacs, glaciers)
  • Surveillance de la température et des précipitations
  • Surveillance de la qualité de l'air (dioxyde de carbone, méthane)

Haut de la page


Footnotes

Footnote 1

Environnement Canada. 2006. Un Cadre axé sur les résultats en matière de biodiversité pour le Canada. Conseils canadiens des ministres des ressources. Ottawa, ON. 8 p.

Return to footnote 1

Footnote 2

Groupe de travail fédéral-provincial-territorial sur la biodiversité. 1995. Stratégie canadienne de la biodiversité canadienne : réponse du Canada à la Convention sur la diversité écologique. Environnement Canada, Bureau de la Convention sur la biodiversité. Ottawa, ON. 80 p.

Return to footnote 2

Footnote 3

Les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux du Canada. 2010. Biodiversité canadienne : état et tendances des écosystèmes en 2010. Conseils canadiens des ministres des ressources. Conseils canadiens des ministres des ressources. Ottawa, ON. vi + 148 p.

Return to footnote 3

Footnote 4

Groupe de travail sur la stratification écologique. 1995. Cadre écologique national pour le Canada. Agriculture et Agroalimentaire Canada, Direction générale de la recherche, Centre de recherches sur les terres et les ressources biologiques et Environnement Canada, Direction générale de l’état de l’environnement, Direction de l’analyse des écozones. Ottawa/Hull, ON. 144 p.Rapport et carte nationale 1/7 500 000.

Return to footnote4

Footnote 5

Rankin, R., Austin, M. et Rice, J. 2011. Système de classification écologique pour le Rapport sur l’état et les tendances des écosystèmes. Biodiversité canadienne : état et tendances des écosystèmes en 2010, Rapport technique thématique no 1. Conseils canadiens des ministres des ressources. Ottawa, ON.

Return to footnote5