Millieux humides

État et tendances
l’état varie selon le type et l’emplacement des milieux humides; restauration à certains endroits
Préoccupant, empire lentement ou modérément
données fiables pour certaines régions seulement; tendances claires là où il y a des données
Fiabilité de la constatation moyenne
conséquences écosystémiques des changements climatiques sur les tourbières
Drapeau rouge

CONSTATATION CLÉ 3. La perte de milieux humides a été importante dans le sud du Canada; la destruction et la dégradation continuent sous l'influence d'une gamme étendue de facteurs de stress. Certains milieux humides ont été restaurés ou sont en cours de restauration.

Cette constatation clé est divisée en cinq parties :

Les milieux humides sont des terres dont le sol est saturé d’eau en permanence ou la plupart du temps, comme le montrent des sols mal drainés ainsi que la végétation et l’activité biologique adaptées aux environnements humides1, 2. Il existe deux types de milieux humides, les milieux humides organiques (tourbières) et les milieux humides minéraux, et ils sont classés en cinq catégories : les bogs et les fens, qui sont tous deux des tourbières; les marais et les eaux peu profondes, qui sont toutes les deux minérales; et les marécages, qui peuvent être d’un type ou de l’autre1. Au Canada, approximativement 1,5 million de kilomètres carrés sont des milieux humides1, 3. Cette superficie représente environ 16 % de la masse terrestre du Canada et approximativement un quart des milieux humides de la planète1. Parmi les milieux humides du Canada, 37 s’étendant sur près de 131 000 km2 ont été désignés milieux humides ayant une importance à l’échelle internationale4. Cette constatation clé se limite aux milieux humides d’eau douce. Les estuaires, les marais salés et d’autres milieux humides marins côtiers font l’objet des Biomes côtiers.

Les milieux humides sont importants, car ils représentent l’un des écosystèmes les plus productifs de la Terre et ils assurent la subsistance d’un nombre excessivement élevé d’espèces5, incluant des espèces en péril ainsi qu’un nombre important d’oiseaux migrateurs, de poissons et d’amphibiens, une grande variété d’espèces végétales et beaucoup d’autres espèces. Les milieux humides fournissent des services essentiels comme le contrôle des crues, l’alimentation des nappes souterraines, le maintien des débits d’eau, la filtration des sédiments et des polluants, le recyclage des nutriants, la stabilisation des rives, la réduction de l’érosion et la séquestration du carbone.

État et tendances

Malgré l’importance des terres humides, aucun inventaire détaillé n’a été réalisé et il n’existe aucun programme de surveillance6. Les données les plus complètes portent sur les Prairies et le sud de l’Ontario. La plupart des études qui examinent la perte des terres humides sont petites, localisées, anciennes et elles ont été réalisées à différentes échelles. Même si les résultats reflètent une grande variation de pertes et de dégradations des milieux humides dans le paysage et au fil du temps, il existe des indications que la transformation des milieux humides s’est produite rapidement depuis la colonisation jusqu’au début des années 1900 dans de nombreux secteurs du sud du Canada, principalement en raison d’une conversion pour l’agriculture7. En 1991, la superficie totale de milieux humides perdus au Canada depuis les années 18008 était estimée à 200 000 km2 8.Photo : Aménagement d’un lotissement résidentiel, Nouvelle-Écosse © John Brazner

Des études récentes indiquent que bien qu’il y ait une augmentation de milieux humides dans certaines régions, les pertes continuent dans de nombreuses parties du Canada en raison de la transformation des terres, du contrôle des niveaux d’eau, y compris les inondations causées par les projets d’aménagements hydroélectriques, et des changements climatiques9-13. En plus d’une perte directe, les milieux humides continuent de faire l’objet d’une dégradation et d’un morcellement et de perdre certaines de leurs fonctions en raison de modifications hydrologiques, de projets d’aménagement, de la pollution, d’espèces envahissantes, d’activités de loisir, de pâturage, de la gestion de terres adjacentes et de changements climatiques5.

Les milieux humides situés près de grands centres urbains sont particulièrement menacés et ont connu d’importantes pertes. On a estimé que moins de 0,2 % des milieux humides du Canada se trouvent maintenant à moins de 40 km des centres urbains14 et que de 80 à 98 % des milieux humides dans un grand centre urbain ou à proximité ont été perdus8.

Monde

Tendances mondiales

Les milieux humides couvrent entre 5 et 10 % du territoire terrestre15-17. On estime que plus de la moitié des milieux humides qui existaient à l’origine dans le monde ont disparu5, 15, 17, 18 et qu’ils sont détruits et dégradés plus rapidement que tout autre type d’écosystème15, 17.
Aperçu des constatations clés